Bertrand Cantat : le parquet de Bordeaux rouvre l'enquête sur le décès de Krisztina Rády

Krisztina Rady , l'ex-compagne de Bertrand Cantat, s'est donnée la mort en 2010. L'avocate Yael Mellul estime que la responsabilité du chanteur est engagée dans son décès. / © ERIC FEFERBERG / XAVIER LEOTY / AFP
Krisztina Rady , l'ex-compagne de Bertrand Cantat, s'est donnée la mort en 2010. L'avocate Yael Mellul estime que la responsabilité du chanteur est engagée dans son décès. / © ERIC FEFERBERG / XAVIER LEOTY / AFP

Le parquet de Bordeaux souhaite enquêter de nouveau sur les circonstances du suicide de Krisztina Rády, l'ex-compagne de Bertrand Cantat. Elle s'était donné la mort en 2010. La procureur de la République a confirmé l'information du Journal du Dimanche dans un communiqué.

Par Maïté Koda

Le parquet de Bordeaux a décidé la réouverture de l'enquête sur la mort de Krisztina Rády, révèle le Journal du Dimanche.  L'ex-compagne du chanteur bordelais Bertrand Cantat s'est donné la mort en 2010. Le parquet aurait, selon le JDD, ouvert une enquête préliminaire après une plainte pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner". 

Entendue par la police



Selon l'avocate Yael Mellul, présidente de l'association féministe Femme et Libre, Krisztina Rády, traductrice et organisatrice d'événements artistiquesétait victime de violences physiques et psychologiques de la part de Bertrand Cantat. Le couple, marié en 1993, s'était retrouvé à la sortie de prison de Bertand Cantat.

Toutes les personnes qui ont pu approcher de près ou de loin Bertrand Cantat dans le milieu artistique savent qu'il est un homme violent


"Ce que j'ai sollicité de Madame la procureur, c'est l'audition des anciens membres de Noir Désir, explique Yael Mellul. Qu'ils viennent une fois pour toute libérer leur conscience auprès de la brigade criminelle, pour dire cette vérité que tout le monde sait.

Toutes les personnes qui ont pu approcher de près ou de loin Bertrand Cantat dans le milieu artistique savent qu'il est un homme violent
".

Dans un communiqué, la procureur de la République rappelle que "cette plainte fait suite à une première plainte déposée le 4 avril 2014 par la présidente de ladite association contre X « pour violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner de Kristina RADY . » A l'issue des investigations, confiées à la DIPJ de Bordeaux, une décision de classement sans suite avait été rendue, elle n'avait pas fait l'objet d'un recours ".

"un non événement"

Bertrand Cantat avait déjà fait l'objet d'une plainte similaire en 2014. Pour son avocat, cette nouvelle plainte est un "non événement", "basé sur des mensonges, qui sera classé sans suite comme toutes les précédenes". Me Antoine Levy a rappelé par ailleurs que son client avait demandé à être entendu par la justice dans cette affaire depuis plusieurs mois.

 

Une enquête accablante

En novembre 2017, le magazine le Point publiait une enquête sur Bertrand Cantat et l'omerta qui entourait sa violence. Lorsque ce dernier a été jugé pour le meurtre de Marie Trintignant, battue à mort à Vilnius en juillet 2003, Krisztina Rády, qui avait épousé le chanteur en 1993 assurait alors que ce dernier n'avait jamais levé la main sur elle.


Le magazine révélait pourtant un message téléphonique que Krisztina Rády avait laissé à ses parents en juillet  2009 dans lequel elle décrit des violences répétées et exprime sa peur de mourir. 

Sur le même sujet

La première Maison Départementale de Santé de Dordogne

Les + Lus