Blanquefort : trois individus dont deux mineurs mis en examen après deux départs de feu

Publié le

Trois jeunes, de 17 ans et 18 ans, ont été interpellés, déférés et mis en examen, ce 3 août. Ils ont reconnu être à l'origine des deux incendies qui s'étaient déclarés à Blanquefort, près de Bordeaux, le 28 juillet dernier, à proximité d'habitations et d'un bois.

Les gendarmes sont intervenus sur le premier feu vers 21h30 rue de Linas à Blanquefort, près de Bordeaux en Gironde. Moins d'une demi-heure plus tard, un autre incendie était signalé à environ un kilomètre du premier, rue des Marnières. 

Au vu des premières constations, Ies militaires soupçonnent un acte volontaire et criminel. D'autant qu'un témoin affirme avoir vu des individus prenant la fuite. 

Ce 3 août, ils ont procédé à l'interpellation de trois individus, deux mineurs de 17 ans, un majeur de tout juste 18 ans. Ils ont reconnu les faits. Deux d'entre eux ont également reconnus "être les auteurs d'une dizaine de faits similaires antérieurs " indique la procureure de la République, Frédérique Porterie, dans un communiqué daté de ce 5 août. 

Les deux incendies ont brûlé deux parcelles de plus de 2 000 m². Mais, souligne la Procureure, "les conséquences auraient pu être beaucoup plus importantes" sans l'intervention rapide des pompiers (20 soldats du feu et huit camions  mobilisés pendant 5 heures) 

Les deux feux étaient proches d'habitations. Le second à deux cents mètres du bois de Tanais et à quelques mètres d'un enclos à chevaux. Le communiqué indique aussi que l'une des parcelles incendiées est classée zone naturelle spécifique sans plus de précision. 

Les trois mis en cause ont été déférés au parquet de Bordeaux ce 5 août et mis en examen pour destruction par incendies de bois, forêt, lande, maquis ou plantation d'autrui pouvant  causer un dommage aux personnes. 

Placés sous contrôle judicaire, ils ont interdiction de paraitre à Blanquefort et obligation de soin. 

Ils encourent une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans de réclusion et une amende de 150 000 euros.