Bordeaux : un an après l'effondrement d'une grue sur leurs maisons, les sinistrés de la Bastide se sentent abandonnés

Le 25 octobre 2019, une grue s'effondrait sur huit maisons du quartier de la Bastide, à Bordeaux, et douze familles doivent quitter les lieux. Un an plus tard, aucune n'a pu regagner son domicile : les expertises pour établir les responsabilités du sinistres ne sont pas encore terminées. 
Le spectaculaire accident n'a pas fait de victimes
Le spectaculaire accident n'a pas fait de victimes © Sylvie Tuscq-Mounet - France 3 Aquitaine
Le 25 octobre 2019, une grue s'effondrait sur huit maisons du quartier de la Bastide, à Bordeaux, sans faire de blessés. Un an plus tard, les douze familles qui occupaient les lieux n'ont toujours pas pu regagner leurs domiciles respectifs.

Les expertises permettant d'établir les responsabilités dans la chute de la grue ne sont pas terminées, ce qui empêche le début des travaux de réparation. 

Eau, moisissure, cambriolage : l'état des maisons se dégrade 


Sylvie Baucher, retraitée de 70 ans, voit sa maison se dégrader au fil du temps. Plus les mois avancent, plus l'eau et la moisissure envahissent les murs, les meubles... 

En plus des dégâts causés par la chute de la grue puis les infiltrations d'eau, des squatteurs ont cambriolé les lieux.

"Je me rends compte qu'il y a des choses qui manquent, mais comme tout a été retourné complétement, je n'ai pas pu faire l'inventaire précis de ce qui a été volé. Mais ça représente quelque chose de très important", deplore-t-elle. 
 
Chez Sylvie, la moisissure dégrade peu à peu les meubles.
Chez Sylvie, la moisissure dégrade peu à peu les meubles. © France 3 Aquitaine

Parmi les familles sinistrées, certaines ont été relogées par le promoteur dans des appartements étudiants. D'autres sont hébergés par leur famille.

​​​​​​Plus ça se dégrade, plus les travaux seront long et plus cela coûtera cher. Il y aura encore plus de préjudice pour les sinistrés

Sébastien Gross, sinistré de la Bastide


"C'est inacceptable que les promoteurs, la ville, ou n'importe qui n'ait rien faire, pour qu'on se retrouve là un an après", souligne Sébastien Gross, un autre sinistré.

Il plaide pour qu'au minima :"qu'on protège les maisons, pour qu'on puisse commencer à les assainir, à les assécher", conscient que "ça va être une procédure très longue". 

Désormais, les habitants espèrent voir la nouvelle municipalité s'emparer du dossier pour retrouver au plus vite leurs maisons. 

→Regardez le reportage de Jules Boiteau et Sylvie Tuscq-Mounet : 
Un an après l'effondrement d'une grue sur leurs maisons, les sinistrés de la Bastide abandonnés ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident faits divers urbanisme aménagement du territoire