Manifestations à Bordeaux : deux cortèges et une mobilisation en baisse

Deux rassemblements étaient prévus ce samedi à Bordeaux contre les violences policières, la précarité et les licenciements. Au final, seuls quelques centaines de manifestants ont bravé la pluie pour défiler dans les rues de Bordeaux.

 
Plusieurs centaines de manifestants se sont mobilisés à Bordeaux ce 5 décembre
Plusieurs centaines de manifestants se sont mobilisés à Bordeaux ce 5 décembre © Jean-Claude Lacoste - France 3 Aquitaine
Les images de la place Pey Berland noire de monde semblent bien loin. Elles ne remontent pourtant qu'à la semaine dernière. Plus de 10 000 personnes défilaient alors dans les rues de Bordeaux contre les violences policières et le projet de loi Sécurité globale.

Ce samedi 5 novembre, sous une pluie froide et battante, les manifestants sont bien moins nombreux. Un premier rassemblement était prévu place de la Bourse à 14 heures. Une centaine de personnes, dont de nombreux Gilets jaunes, se sont réunies.
Un deuxième appel à manifester était lancé pour ce même jour par la CGT, la LDH et plusieurs organisations syndicales. Un rassemblement contre les licenciements, le chômage et la précarité. Le cortège, d'environ 200 personnes, s'était donné rendez-vous à 15 heures la place de la Victoire.

Ils ont été rejoints par le premier groupe, parti de la place de la Bourse. Le cortège s'est ensuite progressivement étoffé, atteingnant près d'un millier de participants. Les syndicats ont ordonné la dispersion vers 16h 30, sans que des heurts avec les policiers, présents en nombre, ne soient constatés. 
Lors de la dispersion de la manifestation, aucun incident n'était à déplorer
Lors de la dispersion de la manifestation, aucun incident n'était à déplorer © Jean-Claude Lacoste - France 3 Aquitaine

Des rues interdites aux manifestants


Les manifestants ne pouvaient pas défiler dans l'hyper-centre. Fabienne Buccio, préfète de la Nouvelle-Aquitaine a pris un arrêté interdisant l'accès des artères les plus commerçantes aux manifestants. Etaient notammment interdits aux manifestants le cours Victor Hugo, la place Gambetta, les allées de Tourny, le cours d'Albret ou encore les places  des Quinconces et de la République
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social