Bordeaux : le maire écologiste Pierre Hurmic invité de France 3 Aquitaine

Elu il y a un peu plus d’un an maire de Bordeaux, Pierre Hurmic EELV, fait un premier bilan dans Dimanche en Politique et dresse sa feuille de route pour les mois et les années à venir.

Franck Omer revient sur les principaux dossiers en cours à Bordeaux avec un maire écologiste qui assume totalement ses choix. 

Bilan d’une année de mandat

Pierre Hurmic :"J’ai eu au début, mais je vais l’oublier très vite, la période de bizutage avec des esprits rancuniers. Cette période de bizutage a été assez difficile, voire assez douloureuse par moment.

Le climat s’est depuis un peu apaisé, mais je comprends que l’effet de surprise a été pour certains un peu douloureux. Je veux des relations plus apaisées et constructives avec l’opposition".

Un Plan Mobilité pour la ville de Bordeaux

P.H :"D’abord j’ai été élu pour cela. C’est un engagement que j’ai pris vis-à-vis des Bordelais et je serai très déterminé pour le mettre en musique. Mon rôle c’est d’encourager les mobilités alternatives à la voiture. La marche à pied, le vélo et les transports collectifs. Il n’y a pas de solution unique.

A l’échelle de la Métropole, on va arrêter le tramway, parce que le tramway coûte très cher, 25 millions d’euros du km, donc ce n’est plus à notre portée, mais en revanche on va multiplier les transports collectifs et notamment les bus en site propre".

Franck Omer : L’automobiliste est- il l’ennemi ? 

P.H : "Du tout, au contraire … Il faut réserver la voiture à ceux pour qui elle est indispensable… Il y a des gens qui auront toujours besoin de la voiture, il y en a d’autres qui peuvent s’en passer, c’est à nous de les encourager, à condition de leurs offrir des solutions alternatives".

F.O :Vous allez passer presque toutes les rues de Bordeaux à 30 km/h, quels sont les effets attendus de cette mesure ? 

P.H : "Il y aura tout d’abord des effets sur la santé, moins de pollution … moins d’accidents corporels, moins graves, plus de fluidité ... diminution par deux du bruit".

Zone à Faible Emission

P.H :"Nous ferons tout ce qu’il faut pour qu’il y ait des aides aux plus démunis. On est en train de répertorier les véhicules et les ménages concernés".

Immeubles effondrés à Bordeaux en juin dernier

P.H :"Je pense que les causes sont multiples. Il y a encore actuellement des signalements qui nous sont faits. Nous avons confortés les immeubles. Nous nous sommes mêmes substitués aux propriétaires privés".

F.O : Qui va payer ?

P.H : "Ce seront les propriétaires, mais là il y avait une urgence. On a mis sur la table 530 000 euros pour consolider des immeubles, mais si des immeubles menacent ruines c’est de la responsabilité des propriétaires. On a avancé les fonds. On n’a pas la possibilité de déblayer les pierres parce que l’on attend les résultats des expertises judiciaires. Dès que l’on aura les résultats, on commencera à déblayer et un certain nombre d’habitants pourront regagner leur domicile le plus rapidement possible ".

Primaire EELV pour l’élection Présidentielle

P.H : "Je vais voter naturellement, mais j’ai pris la décision de ne soutenir aucun candidat, de n’être d’aucune écurie Présidentielle. Je ne suis pas un homme de Parti. Je suis un Vert un peu atypique, je ne suis dans aucun courant des Verts".

Place Gambetta

P.H : "Cette place, je vais vous dire honnêtement elle est plutôt réussie, mais elle aurait été encore mieux si on avait conservé les 17 marronniers qui ont été sauvagement abattus. Cette place a été rapidement adoptée par les Bordelais, donc ce serait malvenu de dire qu’elle n’est pas réussie. Elle est très plaisante. Mais je pense que si j’avais été maire elle aurait été encore plus réussie, que ce que l’on connait".

Les Girondins de Bordeaux

P.H :"Ce qui m’a rassuré c’est que Gérard Lopez est un professionnel".

Franck Omer : Les Girondins sont derniers, est ce que cela vous inquiète ? 

P.H :"Non. On est en tout début de saison. Je pense que dans le domaine sportif c’est comme dans le domaine politique, il ne faut pas être impatient. 

Une étape du Tour de France à Bordeaux

P.H :"Le Tour de France n’est pas passé à Bordeaux depuis 11 ans. J’ai rencontré Mr Prudhomme. Il m’a laissé entendre, sans prendre d’engagement qu’on pouvait espérer pour 2023. Je ne vous cache pas que je serai très heureux d’être le maire qui a ramené le Tour de France à Bordeaux. Un Tour de France socialement et écologiquement responsable. Ca me ferait plaisir".

► Replay

Pierre Hurmic invité de Dimanche en politique

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dimanche en politique politique écologie environnement europe écologie les verts transition énergétique énergie transports économie