Bordeaux : le nouveau protocole sanitaire renforcé mis en place au lycée Montesquieu

Depuis ce lundi, un nouveau protocole sanitaire renforcé est mis en place dans les établissements du secondaire. Il doit répondre aux inquiétudes des enseignants qui dénonçaient de classes surchargées en pleine crise sanitaire.
 
© France 3 Aquitaine
C'est une rentrée particulière pour les lycéens. Ce lundi 9 novembre, une semaine après la fin des vacances de la Toussaint, entre en vigueur le protocole sanitaire renforcé.
Celui-ci, annoncé par le ministre de l'Education nationale le 5 novembre, prévoit la division des classes en demi-groupes et un contrôle continu pour les examens du baccalauréat.
 

Eviter les attroupements

A Bordeaux, le lycée Montesquieu a mis en place un nouvel emploi du temps pour ses élèves, avec des cours un jour sur deux. Première mesure à l'ouverture des grilles : faire rentrer tous les élèves pour évier les attroupements à l'extérieur.

"Nous faisons entrer les élèves pour éviter qu'ils ne stagnent devant l'établissement. En période de confinement, on doit directement aller de chez soi au lycée", précise Pascale Deloubet, conseillère principale d'éducation.

"Le prof a plus de temps pour nous"

Les 1 178 lycéens, tous masqués comme leurs enseignants, sont accueillis en demi-groupes. Lorsque dans une classe un groupe A est dans l'établissement, les élèves du groupe B, eux, restent chez eux et font les devoirs donnés par leurs professeurs
"C'est une bonne chose de travailler en demi groupes, il y a moins de chance qu'on soit contaminés", estime Ornella Dray-Rota, élève de 1ere. "On est moins dans la classe, mais personnellement je préfère ,assure quant à lui Titouan Billy, également en 1 ère. Le prof a plus de temps pour nous".

Voir le reportage de France 3 Aquitaine
Le protocole sanitaire renforcé mis en place au lycée Montesquieu (Bordeaux)
 

Devoirs à la maison

L'équipe pédagogique du lycée a choisi de faire venir les élèves en présentiel un jour sur deux, plutôt qu'une semaine sur deux. Une solution, qui, elle l'espère, permettra à la fois de conserver le lien social et d'éviter les décrochages.
Pas de visio en revanche, les professeurs ne pouvant à la fois faire classe et assurer les cours par Internet. Les élèves en grande difficulté pourront toutefois venir plus souvent au lycée, et seront pris en charge par des assistants d'éducation.

L'examen du bac modifié

Les élèves de Première et de Terminale qui doivent passer les épreuves du bac verront le contrôle continu être privilégié.
"Les familles et les enseignants étaient demandeurs d'un allègement des épreuves terminales du bac, explique Monique Waramn, proviseure du lycée. Elles auront toujours lieu du 15 au 17 mars, mais deux sujets seront proposés aux élèves au lieu d'un, ce qui permet d'assurer que chaque élève a bien assuré la thématique sur laquelle il va tomber."

 Appel à la grève le 10 novembre

Jeudi 5 novembre, face à la grogne des professeurs et aux menaces de grève, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer annonçait la mise en place d'un protocole sanitaire renforcé dans les lycées. Entre le 2 novembre, et le jour de la rentrée, les syndicats avaient exprimé leurs craintes de voir la contamination au Covid-19 s'étendre dans des classes surchargées. Par ailleurs, des photos d'élèves agglutinés dans des réfectoires bondés ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux.

Un appel à la grève a été lancé pour mardi 10 novembre. Appel maintenu dans le primaire et le secondaire où les syndicats dénoncent un protocole sanitaire insuffisant.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société covid-19 santé