Bordeaux : le stationnement reste payant pendant le confinement, 500 places gratuites aux Quinconces

À partir du 9 novembre, un parking gratuit de 500 places sera ouvert aux Quinconces à Bordeaux, ainsi que 80 places allée Serr, sur la rive droite, a annoncé la mairie, ce mercredi 4 novembre. Contrairement au premier confinement, le stationnement reste payant en ville en dehors de ces deux zones.
Contrairement à la gratuité adoptée lors du premier confinement, le stationnement reste actuellement payant à Bordeaux lors de cette deuxième période de restriction.
Contrairement à la gratuité adoptée lors du premier confinement, le stationnement reste actuellement payant à Bordeaux lors de cette deuxième période de restriction. © Jean-François Géa / France 3 Aquitaine
Contrairement à la mesure adoptée lors du premier confinement, le stationnement reste payant dans Bordeaux pour cette deuxième période de restriction. C'est la décision prise par le maire Pierre Hurmic, qui vient toutefois d'annoncer l'ouverture de deux parkings gratuits à partir du 9 novembre.

Ces deux parkings seront situés sur la place des Quinconces (500 places), et sur l'allée Serr (80 places). 

"Les personnes souhaitant bénéficier de ces deux aires de stationnement sont invitées à se rendre directement sur place à partir de lundi 9 novembre à 9h. Les parkings sont ouverts 24h sur 24. Des agents, présents entre 9h et 18h, assureront la régulation en semaine" indique la mairie dans un communiqué. 

D'autre part, les abonnés au Pass52 pourront bénéficier de 20 jours de stationnement supplémentaires, ce qui devrait bénéficier aux résidents disposant d'un second véhicule, souligne la municipalité. 

Carte : à partir du 9 novembre, la place des Quinconces accueillera un parking de 500 places 

La gratuité réclamée par l'opposition


Thomas Cazenave (Renouveau Bordeaux) et l'ancien maire Nicolas Florian (Bordeaux Ensemble) demandaient tous les deux à la mairie d'adopter à nouveau la gratuité. Des interpellations qui n'ont donc pas été suivies par la municipalité. 

"La situation n'est pas du tout la même que lors du premier confinement" répond le service de communication de la mairie. "Il y a beaucoup plus de circulation en ville, ce qui risquait justement d'engorger les places pour les résidents. Nous faisons comme toutes les autres grandes villes". 

Lorsque l'opposition réclame la gratuité, il faut leur rappeler le coût pour la municipalité. Ça se chiffre en millions d'euros, près de 3 millions pour le premier confinement.

Patrick Papadat, conseiller municipal en charge de la mobilité


→ Regardez le reportage de Jean-François Géa et Nicolas Pressigout : 
Bordeaux : polémique autour du stationnement payant pour le deuxième confinement

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie coronavirus/covid-19 société automobile