Bordeaux : tirs de mortiers sur des policiers en patrouille au Grand parc

Une enquête est ouverte pour violence à personne dépositaire de l'autorité publique. Lundi 12 octobre dans la soirée, une patrouille a été prise pour cible de tirs de mortiers et une voiture a foncé sur un policier. Le maire du quartier demande le renfort de la police nationale. 

Voiture de police nationale en intervention. Photo d'illustration.
Voiture de police nationale en intervention. Photo d'illustration. © Christine Le Hesran
C'était une patrouille ordinaire, quand les policiers montrent qu'ils sont là pour rassurer aussi les habitants. Lundi 12 octobre dans la soirée, une première équipe a été prise pour cible de tirs de mortiers place de l'Europe au coeur du quartier populaire du Grand Parc à Bordeaux. Les trois policiers de l'équipe ont été la cible de jets de projectiles et tirs de mortiers. Les auteurs se sont volatilisés dans les rues du quartier. Ce mercredi matin, ils n'ont toujours pas été retrouvés d'après la Direction départementale de la sûreté publique (DDSP).
Une heure et demi plus tard, vers 21 h 40, une autre équipe venue en appui sur le secteur a été aussi visée. Mais cette fois, c'est une voiture qui a foncé sur un policier qui a tout juste eu le temps d'esquiver le véhicule. La voiture a pris la fuite à vive allure et n'a toujours pas été retrouvée ce mercredi matin. 
Pour ces faits, une enquête est ouverte par la DDSP. Le parquet a été avisé. 
Déjà en juillet dernier, des policiers avaient été pris à partie au Grand Parc.

Quelle réponse dans le quartier ?

Une situation tendue dans le secteur constatée par le nouveau maire de quartier, Bernard Blanc. " Il y a eu une période d'apaisement après les faits de juillet. On peut s'inquiéter d'un retour à une action violente". 
Alors quelle réponse apporter ? Il demande des renforts de police nationale sur son secteur "Il y a eu des renforts à Toulouse, rien à Bordeaux. On est en sous-effectif par rapport à des villes comparables" observe-t-il. Bernard Blanc regrette l'époque où les policiers pratiquaient l'îlotage. Le président Nicolas Sarkozy y avait mis un terme. 

Bernard Blanc compte aussi sur le déploiement des policiers municipaux au service de la population, et pas sur les mêmes missions que la police nationale précises-t-il. Le maire de Bordeaux qu'il allait grossir les effectifs mais il faut le temps de les recruter et les former. L'élu accueille ce mercredi soir le maire de Bordeaux Pierre Hurmic pour un conseil de quartier qui ne manquera pas de revenir sur les faits de violence de ces derniers mois. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité violence faits divers