Bordeaux : Wanted community ouvre Rado, un espace dédié à l'art et la culture aux Bassins à Flots

Les co-fondateurs de Wanted Community investissent le quartier des Bassins à Flots et ouvrent un lieu dédié à l'art et à la culture. Le projet, éphémère, pourrait s'ancrer durablement dans le quartier en accueillant des acteurs du monde social et solidaire.

Les Bassins à Flots, sa base sous-marine, son Iboat, sa soucoupe volante et bientôt son nouvel espace dédié à l'art et la culture... C'est en tout cas le nouveau défi de Jérémie Ballarin, Christian Delachet et Luc Jaubert. Après avoir développé les groupes "Wanted community" sur Facebook, investi le quartier des Capucins avec leur café solidaire, le bien nommé Wanted café, les trois amis bordelais se lancent dans un nouveau projet.

Et les trois amis ont vu grand : une surface de 900 mètres carrés, située au bord des Bassins, sous le parking Indigo et face à la base sous-marine.

Une première installation éphémère

La première installation de ce nouveau lieu, baptisé Rado, ne sera que temporaire : depuis la mi-octobre et jusqu'à la fin du mois, des artistes peintres, venus de Bordeaux et du Lot-et-Garonne ont déjà pris possession d'une partie des locaux pour une résidence. Dès le 4 novembre, place au public, avec une soirée d'ouverture puis des événements musicaux, un marché de Noël, des ateliers d'arts..

"Pour l'instant, on a imaginé une programmation éphémère, en collaboration avec la Fimeb. La première chose qu'on voulait dans ce lieu, c'est la culture, que ce soit le street-art, la musique, la peinture… Car la culture, c'est ce qui fait le lien entre nous", souligne Jérémie Ballarin, co-fondateur de Wanted community.

Favoriser le lien social

A l'instar du Wanted Café, ouvert en 2018 dans le quartier des Capucins, ce nouveau lieu se veut créateur de lien social. "Nous voulons pouvoir accueillir les riverains, les acteurs locaux, qu'ils soient économiques ou associatifs, pour voir quels sont les besoins sur ce territoire", avance Jérémie Ballarin, qui se défend de vouloir tout remettre à plat.

L'idée ce n'est pas d'arriver en disant, il ne se passe rien ici, on va révolutionner le quartier. C'est comme lorsque nous sommes arrivés aux Capucins : les gens ne nous attendent pas. Nous, on vient humblement, en essayant de fédérer et de créer du lien entre ces structures qui existent déjà.

Jérémie Ballarin, Wanted Community

France 3 Aquitaine

Ce programme, mêlant art, culture et accueil du public prendra fin en décembre. Mais les fondateurs de Wanted espèrent bien pouvoir pérenniser l'endroit, et y accueillant des structures désireuses de s'implanter pour de bon. "Rien n'est encore signé, les discussions sont en cours, précise Jérémie.

Une fois encore, Wanted entend rester fidèle à son créneau, afin d'accueillir et valoriser des acteurs "responsables" dans les locaux, détenus par la société Keys Reim.

Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura un Wanted Café et que nous avons envie de travailler autour de l'alimentation durable… Mais nous sommes actuellement en train de voir si ces projets ont du sens, et s'ils sont viables financièrement, car nous aurons un loyer à payer pour ces locaux.

Jérémie Ballarin, Wanted Community

France 3 Aquitaine

L'idée est aussi d'accueillir tout le monde, sans distinction. "Sans faire du social, on aimerait créer un lieu où tout le monde à sa place, c’est-à-dire également des personnes qui n'ont ni argent ni toit", poursuit Jérémie Ballarin. Les concepts des cafés suspendus, de reverser une partie du chiffre d'affaires aux associations du quartier ou des tablées solidaires, chères au Wanted Café des Capucins devraient rapidement se transposer dans le quartier.

Un quartier prometteur

Le choix ne s'est pas porté sur cet emplacement par hasard. Le quartier, dont la rénovation a commencé au début des années 2010, accueille des immeubles d'habitations, de nombreux bureaux et quelques commerces et restaurants.  
"Bordeaux nord et les Bassins à Flots, c'est un quartier particulier, nouveau. En matière de lien social, d'animation, de vie de quartier, ce n'est pas très facile.
 Nous avons pu nous en rendre compte, cela fait deux ans que nous discutons avec des acteurs, comme le garage Moderne ou l'Iboat, ou différentes associations de quartier".

Jamais à court d'idées, les trois trentenaires envisagent également un travail sur la végétalisation, avec des plantations d'arbres fruitiers, et, pourquoi pas, l'installation de serres devant le Rado. 

De vastes projets, donc, même s'il reste encore à négocier le virage avec les riverains, qui ne voient pas tous d'un bon œil l'animation troubler la tranquillité nocturne de leur petit port. Mais là encore, les discussions seront les bienvenues, et les nouveaux arrivant se veulent rassurants. 

"On ouvre les portes à toutes les idées, les critiques, afin de créer une mise en commun qui pourra permettre d'animer le quartier.
On estime que le Wanted cafe a eu un vrai impact aux Capucins, maintenant, on se dit qu'on pourrait le faire dans d'autres endroits", résume Jérémie Ballarin

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture social économie solidarité société