Botulisme à Bordeaux. Deux plaintes déposées contre le restaurateur après la mort d'une victime

Deux plaintes ont été déposées par les proches d'une jeune femme, décédée d'une intoxication après avoir mangé des sardines mal conservées au Tchin Tchin wine Bar à Bordeaux.

L'affaire se porte donc en justice.  Le restaurateur du Tchin Tchin Wine Bar fait l'objet de deux plaintes déposées par les proches d'une victime de la toxine botulique. La jeune femme de 32 ans est décédée après avoir consommé des sardines conservées artisanalement et proposées à la vente par le restaurateur bordelais. 

Ce lundi 18 septembre, le parquet de Bordeaux confirme l'information de nos confrères de RTL et M6, et annonce que les plaintes ont été déposées par les parents de la trentenaire, ainsi que par son compagnon, lui-même gravement intoxiqué. 

Quinze personnes recensées

À ce jour, quinze personnes intoxiquées dans ce même restaurant ont été recensées. Dix ont dû être hospitalisées, et une personne est décédée. Le restaurateur avait reconnu auprès des enquêteurs avoir servi des sardines conservées par ses soins, alors que leur aspect était suspect. Il avait noté "une mauvaise odeur" à l'ouverture et " une absence de vide" sur certains bocaux, dont il dit avoir jeté le contenu. En revanche, d'autres, dont la préparation était visuellement intacte, ont été servis aux clients.
Les autorités ont lancé une alerte internationale pour retrouver d'autres victimes potentielles. Le Tchin Tchin Wine bar, situé quartier Saint-Pierre et actuellement fermé, était particulièrement prisé des touristes étrangers. 

Le parquet de Bordeaux a ouvert une enquête préliminaire pour homicide involontaire. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité