Collages Féminicides sur les murs de Bordeaux : coller pour dénoncer

Depuis septembre 2019, slogans, histoires, chiffres et témoignages s’affichent sur nos murs partout en France, comme à Bordeaux.  Des messages forts pour dénoncer les féminicides, les violences sexuelles, sexistes et conjugales.
 

Partout en France, des femmes s'organisent pour faire entendre leur colère.
Partout en France, des femmes s'organisent pour faire entendre leur colère. © Elise Bellot
Ce mouvement, à l’initiative de Marguerite Stern, une féministe parisienne, porte le nom de « Collages Féminicides ».

On ne peut pas avancer si on ne forme pas le personnel de police et le personnel juridique à ces questions-là des violences conjugales.
Lila, militante

Dans le contexte du premier Grenelle contre les violences conjugales, certaines ont décidé de faire entendre leur colère. Des plaintes qui n’aboutissent pas, un système judiciaire qui ne protège pas, elles réclament au gouvernement des engagements concrets, une prise de conscience collective et l’évolution des mentalités. Ce moyen d’expression met en lumière de véritables problèmes de société, souvent ignorés.

 
Pinceaux, colle, slogans et détermination sont les armes qu'elles utilisent dans ce combat contre les violences sexistes, sexuelles et conjugales.
Pinceaux, colle, slogans et détermination sont les armes qu'elles utilisent dans ce combat contre les violences sexistes, sexuelles et conjugales. © Elise Bellot

 
« Se réapproprier la rue »

Ça s’organise sur la base du volontariat, on est toutes sur une conversation WhatsApp, quand l’une de nous a une soirée de libre […] elle propose sur la conversation en fonction du quartier où elle est.
Lila, militante

Par petits groupes, munies de pinceaux, de colle et de slogans peints sur du papier, des femmes arpentent les rues à la recherche du mur parfait, celui qui pourra accueillir leur message le plus longtemps et de la façon la plus visible possible. Une majorité d’entre elles n’a jamais milité auparavant.
Au détour d’une rue, certains passants s’arrêtent pour les questionner, les féliciter, parfois pour les aider. Leurs actions interpellent, interrogent. Pourtant, le problème est bien là. Au 31 janvier 2020, 11 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint depuis le début de l’année, elles étaient 149 sur toute l’année 2019.
 
Dans les villes, leurs actions ne passent pas inaperçues.
Dans les villes, leurs actions ne passent pas inaperçues. © Elise Bellot

 
On colle aussi pas mal de chiffres, qui sont extraits de rapports officiels, pour amener une partie de statistiques qui valident nos paroles.
 
Lila, militante

Chaque année, en moyenne, 219 000 femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles. Parmi elles, seulement 19% déclarent avoir porté plainte. 

Retrouvez l'interview de Lila, une étudiante militante des Collages Féminicides : 
 
Collages Féminicides : coller pour dénoncer ©Elise Bellot

 
Des messages qui dérangent

Leurs actions ne sont pas toujours bien accueillies et leurs messages sont pour la plupart effacés dans les jours qui suivent leur collage.

On a eu déjà des mauvaises interactions, par exemple des sauts d’eau jetés des balcons sur des colleuses […] et des vidéos postées sur internet d’hommes qui nous menaçaient de mort. 
Lila, militante

Malgré quelques réactions hostiles, les colleuses sont bien décidées à mener leur combat jusqu’au bout pour honorer la mémoire de toutes les femmes victimes de ces violences.
 
Des messages forts pour interpeller et tenter de faire évoluer les mentalités
Des messages forts pour interpeller et tenter de faire évoluer les mentalités © Elise Bellot
 
3919 : le numéro de téléphone pour les femmes victimes de violence
Chantage, humiliation, injures, coups... Les femmes victimes de violences peuvent contacter le 3919. Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine féminicide société femmes