Corps calciné retrouvé en Gironde : deux suspects mis en examen, la victime connue pour de nombreuses infractions à caractère sexuel

Deux jeunes de 17 et 18 ans ont été placés en détention. Le mineur a été mis en examen pour assassinat. Le parquet indique que la victime était connue pour de nombreuses infractions à caractère sexuel.

Interpellés à Eysines le 3 juillet dernier, les deux suspects avaient été placés en garde à vue. Présentés à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire, on apprend ce samedi qu'ils ont tous deux été mis en examen.

Le 1er juin, le corps d'un homme a été retrouvé carbonisé à Salaunes en Gironde. Lors de son autopsie, le médecin légiste a découvert deux “fragments métalliques” sous l'œil et dans la nuque, “compatibles avec des projectiles balistiques”, indiquait Frédérique Porterie, le procureur de la République de Bordeaux. La victime, Renaud Ribas, serait donc morte de deux balles en pleine tête. 

Les enquêteurs ont rapidement remonté la piste d’une connaissance de la victime : un jeune homme de 17 ans, habitant à Eysines. Un autre suspect était régalement identifié, un jeune de 18 ans vivant lui aussi à Eysines. 

Ce vendredi 5 juillet, le jeune de 17 ans a été mis en examen pour assassinat ainsi que pour transport détention acquisition et port d’arme prohibée. Le jeune homme de 18 ans a quant à lui été mis en examen pour modification de l'état des lieux d’un crime et recel de cadavre. Ils ont tous les deux été placé en détention.

Le parquet indique que la victime âgée de 48 ans, Renaud Ribas, était "très connue de la justice avec beaucoup d'infractions à caractère sexuel".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité