Déconfinement et restauration : ce qui change ce 9 juin et pourquoi certains n'ouvriront pas

La France entame, ce mercredi, ce qui devrait être la dernière étape du déconfinement d'ici la fin juin. Avec un couvre-feu à 23 heures, des jauges moins strictes et l'accueil en intérieur, les restaurateurs sont enthousiastes. Mais certains  n'y trouvent pas encore leur compte.

Cette nouvelle étape est marquée par le couvre-feu qui est désormais fixé à 23 h. Vous aurez donc un peu plus de temps si vous souhaitez sortir ou vous restaurer Néanmoins n'oubliez pas que les rassemblements de plus de 10 personnes restent interdits (sauf visites guidées).

Dans les commerces, au travail, à la fac

Les conditions d'accueil dans les commerces évoluent également avec une jauge qui est désormais de 4m² par client.

Dans les entreprises, le télétravail, qui était "la règle", est assoupli, en concertation avec les partenaires sociaux au niveau des entreprises.

L'enseignement supérieur se poursuit avec 50 % de l'effectif en présentiel jusqu'en septembre.

Les lieux de culte et les cérémonies (mariages ou pacs) peuvent également accueillir du public en respectant la règle d'une place sur deux. Les cérémonies funéraires sont limitées à 75 personnes.

Les marchés peuvent se tenir à condition d'éviter des rassemblements de plus de 10 personnes et de réserver une surface de 4 m2 dans les marchés ouverts et de 8 m2 dans les marchés couverts.

95% des bars et restaurants 

C'est, dès le 9 juin, la réouverture des espaces extérieurs, donc des terrasses, à 100%, mais avec une limite de 6 personnes par table. Et c'est surtout la réouverture des espaces de restauration (café et restaurants) à l'intérieur, avec une jauge de 50 % (6 personnes par table). Un accueil bien-sûr du public assis.

Pour les restaurateurs notamment bordelais, c'est surtout cette date qui était attendue, et ce, malgré les inconvénients de jauge et les difficultés de recrutement. 95% des établissements des 3500 établissements girondins ouvrent à nouveau ce mardi 9 juin. Pour certains ils étaient fermés depuis plus de sept mois (depuis le 27 octobre).

Pour Laurent Tournier, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) de Gironde, "l'ambiance est à l'optimisme", "surtout avec la météo qui s'annonce !".

5% des restaurateurs girondins ne rouvriront pas ce 9 juin. Essentiellement en centre-ville de Bordeaux.
5% des restaurateurs girondins ne rouvriront pas ce 9 juin. Essentiellement en centre-ville de Bordeaux.

Pourtant, certains restaurateurs ont fait le calcul pour leur établissement. Compte tenu de leur personnel, des charges et une projection de la saison sans les touristes étrangers, ils n'ouvriront pas.

Regardez le reportage de Thibault Grouhel et Taliane Elobo.

durée de la vidéo: 01 min 32
Déconfinement et restauration : pourquoi certains n'ouvriront pas

Laurent Tournier explique que c'est une minorité, 5 %, mais que cela s'explique parce que ce sont souvent de petit établissement du centre-ville qui, même avec la fin des jauges devront respecter le protocole sanitaire (instaurant notamment un mètre entre les tables) et ne pourront accueillir que peu de clientèle. Aussi, forts de l'expérience de l'an dernier, ils imaginent que Bordeaux sera une fois encore "boudée par les touristes", et notamment par les plus dépensiers : les touristes étrangers. 

Des contrôles habituels

Du côté de la préfecture de Gironde, on explique que les contrôles en application de ces nouvelles mesures moins restrictives, vont se poursuivre de la même façon que tout au long de ce déconfinement. A Bordeaux, pour les bars et restaurants, c'est la brigade des débits de boissons de la DDSP qui s'en occupe, tout au long de la journée, pour vérifier l'application des jauges, espacement, etc... Mais les services de police ou da gendarmerie assureront des patrouilles également en soirée, notamment pour le respect des fermetures et du couvre-feu à 23 heures.

Les musées, salles de spectacles

Ce 9 juin, les musées et bibliothèques peuvent accueillir leurs visiteurs avec une jauge de 4m² par visiteur comme pour les commerces, en maintenant la règle d'un siège sur deux en configuration assise.

Les visites guidées à plus de 10 personnes sont autorisées (dérogation à l'interdiction de rassemblement à plus de 10 personnes).

Les cinémas, théâtres, salles de spectacle, pourront accueillir des spectateurs en respectant une jauge de 65% mais sans dépasser 5 000 personnes par salle. Attention le "pass sanitaire" est exigé au-delà de 1 000 personnes. 

Les festivals de plein air (mais assis !) peuvent également se tenir avec une jauge de 65 % jusqu'à 5 000 personnes (pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes).

Le retour du sport à l'intérieur

Les écoles de danse peuvent reprendre les cours en respectant une jauge de 35 % par classe, pour les majeurs non prioritaires et de façon distanciée (sans contact).

Les établissements sportifs couverts (gymnases, salles de gym, piscines couvertes) peuvent accueillir les pratiquants (sauf sports de contact) avec une jauge de 50 % de leur effectif. Côté spectateurs d'événements sportifs, la jauge est à 65 % et comme pour les spectacles, jusqu'à 5 000 personnes assises (pass sanitaire au-delà de 1 000 personnes).

Les activités sportives de plein air sont possibles dans la limite de 25 personnes, y compris pour des sports de contact.

Les compétitions sportives de plein air pour les pratiquants amateurs peuvent se tenir sans dépasser les 500 participants

 

EN SAVOIR PLUS et notamment sur le pass sanitaire, sur le site Service-Public.fr 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie