Ils voulaient récupérer 730 kilos de cocaïne : dix personnes devant la cour d'appel de Bordeaux

Ce lundi 9 octobre, dix personnes comparaissent devant la cour d'appel de Bordeaux pour trafic de drogue en bande organisés. Ils avaient été appréhendés, le 24 janvier 2020, alors qu’ils tentaient de récupérer des pains de cocaïne cachés dans une livraison de bois exotiques à Montussan.

Ils encourent jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle. De lundi 9 octobre à mercredi 11 octobre, dix personnes, dont deux Girondins, sont jugées devant la cour d'appel de Bordeaux. Ils sont accusés de trafic de drogues en bande organisée. 

Pris sur le fait

Le 24 janvier 2020, les policiers de l’Office anti-stupéfiants (Ofast), sont postés à proximité d’une entreprise de menuiserie, à Montussan, au nord de Bordeaux. Grâce à leurs renseignements, ils réussissent à mettre la main sur trois hommes venus chercher leur butin. 

Caché dans une cargaison de planches en bois exotique, expédiée du Brésil, 700 kg de cocaïne les attendent, soit 660 pains. La société girondine ne savait alors rien du trafic qui se tramait. L’Ofast, elle, a été informée du chargement et supervise l'enquête qui leur a été confiée. Ils surveillent l’entrepôt jusqu’à repérer trois individus, originaire de la région lyonnaise.

Interpellés, ils mènent les policiers jusqu’à une voiture volée ainsi que plusieurs armes, des pistolets automatiques et deux fusils d’assaut, ainsi que plusieurs milliers d’euros.

► Saisie de 700 kilos de cocaïne à Montussan : les policiers attendaient les trois suspects qui ont été mis en examen

► Bordeaux : 700 kg de cocaïne saisis, trois personnes arrêtées

30 ans de réclusion

Mutiques lors de leur interpellation, les trois personnes sont déjà connues des services judiciaires, notamment pour des faits de violences et de vols.

Au total, dix prévenus, âgés de 30 à 45 ans, seront présentés ce lundi 9 octobre à la justice. Ils ne comparaissent pas tous pour les mêmes chefs d’accusation. Certains, pour trafic de stupéfiants en bande organisée, d’autres, interpelés bien après les faits, pour tentative de vol aggravé.