Drives, boîtes à livre : la nouvelle vie des bibliothèques de Bordeaux et la métropole

Depuis lundi 25 mai, les bibliothèques bordelaises ont rouvert leurs portes. Pas d'emprunt pour le moment mais les retours de livres sont désormais possibles. Dans la métropole, chacune y est allée de son initative pour rétablir le lien avec les lecteurs. 

© Unsplash / Engin Akyurt
Leurs pages n'ont plus vu de lumière. Leur couverture n'ont plus été malmenées. Leurs mots n'ont plus pu être lus. Depuis deux mois, le confinement a imposé un repos forcé mais mérité aux livres de bibliothèque. Mais c'est presque comme si passer de main en main, de maison en maison, d'une paire d'yeux à une autre leur avait manqué. 

Depuis le déconfinement, bibliothèques et médiathèques de la la métropole bordelaise réinsufflent de la vie petit à petit dans chaque ouvrage. La crise sanitaire leur impose des mesures de précautions pour protéger aussi bien les livres que leurs lecteurs qui d'ailleurs ne pourront pas arpenter les longues allées tout de suite. Cependant, quelques établissements ont d'ores et déjà mis en place quelques idées d'appoint. 
 

Un drive et des boîtes à livres

140 000 ouvrages ont été empruntés au sein du réseau des bibliothèques de Bordeaux avant les mesures de fermeture en mars dernier. Autant de documents à récupérer et à intégrer dans un protocole de décontamination avant de rejoindre ceux qui sont restés sur les étagères. 
 
Un processus lourd qui demande du temps et de l'organisation, c'est pourquoi les prêts ont été prolongés jusqu'au 15 juin sans pénalité. Les retours sont néanmoins possibles dans le réseau bordelais depuis lundi 25 mai grâce à des boîtes à livres situées à l'extérieur des établissements car l'ouverture aux visiteurs reste limitée au scolaires.

Un système de drive sera également mis en place début juin afin de venir récupérer les commandes faites en ligne
Rester à l'extérieur semble donc être la solution. En attendant de retrouver ses habitués entre ses quatre murs, le système d'aération de la bibliothèque de Mériadeck a été renouvelé.
 


"La médiathèque à emporter"

Du côté de Talence, l'effervescence de la réouverture a commencé depuis la semaine dernière. Le 19 mai lance le début d'une toute nouvelle organisation pour le personnel des trois médiathèques de la commune. "Pour des raisons de stockage et d'accueil, nous avons fait le choix de ne garder qu'un site ouvert sur les trois", explique Marie-Pierre Schembri la directrice. 

L'ensemble du personnel a été rappatrié à Castagnéra pour assumer et prendre en charge la mise en place de "la médiathèque à emporter". Commande en ligne sur le portail de la médiathèque ou bien par téléphone, puis récupération des ouvrages sur rendez-vous. "C'est un nouveau métier. Nous préparons des commandes, appelons pour prendre des rendez-vous, pour les retours nous devons gérer la quarantaine et assurer une communication permanente sur le protocole à suivre qui est aussi inédit pour nous que pour les personnes qui veulent emprunter", raconte Marie-Pierre Schembri. 
 
© Médiathèque de Talence

Pour elle, le respect des normes sanitaires reste une priorité mais cela devient tout de suite moins évident quand l'objet n'est pas possible à nettoyer: "nous ne pouvons pas laver une page donc la mise en quarantaine est apparue comme la seule solution à ce jour". Dix jours de quarantaine pour les livres sont préconisés par le ministère de la culture, d'où la nécessité de réorganiser les espaces de stockage des médiathèques. 

Un bilan est prévu cette semaine avec les maires et représentants des communes de la métropole pour faire un point sur l'efficacité de ces mesures en attendant l'allocution du 2 juin. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture coronavirus santé société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter