Des maires harcelés pour leur signature

La "chasse" aux parainnages des grands électeurs pour les candidats à l'élection présidentielle est ouverte. Après les promesses, ils doivent déclarer leur choix administrativement avant le 17 mars. Jusque là anonyme ce parrainage est aujourd'hui officialisé et les maires sont très sollicités. 

Dans son clip de campagne Philippe Poutou (NPA) parodie la "chasse" aux parrainages des maires pour obtenir les fameuses 500 signatures.
Dans son clip de campagne Philippe Poutou (NPA) parodie la "chasse" aux parrainages des maires pour obtenir les fameuses 500 signatures. © Capture vidéo Youtube NPA
Quand la course aux 500 signatures devient un parcours du combattant.
Même si Philippe Poutou s'en amuse dans son clip de campagne, la réalité est bien là... les maires croulent sous les demandes de parrainages.
Des demandes qui viennent pour la plupart de ceux qu'on appelle les petits candidats.

A Sadirac ou Fargues Saint Hilaires, les maires ont pourtant déjà pris leur décision. Ce sera Emmanuel Macron pour le maire de Sadirac. François Fillon pour le maire de Fargues Saint Hilaire, quel que soit l'avis de son conseil municipal. Ce qui n'empêchent pas ces maires de recevoir de nombreuses sollicitations...

Les maires devraient-ils alors consulter les habitants avant de prendre leur décision ?
Les avis sont partagés.

Référendum ou pas, les élus ont jusqu'au 17 mars pour décider à quel candidat reviendra leur précieuse signature.

Regardez le reportage de Maria Laforcade et Marc Lasbarrères.
(Interviennent dans le reportage Daniel Coz, Maire de Sadirac (33) et Bertrand Gautier, Maire de Fargues-Saint-Hilaire (33))
durée de la vidéo: 01 min 51
Des maires harcelés pour leur signature


Quelques chiffres :



Pour comprendre le système des parrainnages, lire l'article de Franceinfo
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élection présidentielle élections