• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Nouvelle-Aquitaine : l'érosion de la biodiversité, enjeu majeur pour les productions viticoles, sylvicoles et agricoles

Parmi les illustrations du rôle économique de la biodiversité, les abeilles, qui ont un impact direct et majeur sur les rendements des champs. Photo d'illustration. / © Alexas_Fotos via Pixabay
Parmi les illustrations du rôle économique de la biodiversité, les abeilles, qui ont un impact direct et majeur sur les rendements des champs. Photo d'illustration. / © Alexas_Fotos via Pixabay

Depuis plusieurs années, plus de cent scientifiques néo-aquitains collaborent au sein du comité Ecobiose, pour étudier l'érosion de la biodiversité et son impact sur l'économie de Nouvelle-Aquitaine. Ils viennent de présenter un premier rapport. 

Par Alice Robinet

Les productions viticoles, sylvicoles et agricoles de Nouvelle-Aquitaine dépendent directement de la préservation de la biodiversité.

C'est le constat réalisé par Ecobiose, comité scientifique régional de la biodiversité, qui rassemble 150 spécialistes et chercheurs. 

Ces derniers ont compilé plusieurs centaines de rapports et recherches réalisés dans la région, pour quantifier l'importance de la biodiversité dans l'économie du territoire, et viennent de présenter leurs premiers résultats au Conseil Régional. 
 

 
L'importance économique "considérable" des abeilles 


"Une parcelle de colza ou de tournesol qui a cent fois plus d'abeilles qu'une autre, peut avoir des rendements augmentés de 40% en moyenne", illustre le chercheur et coordinateur du projet Vincent Bretagnolle.

"Cela représente un bénéfice, en terme de revenus pour l'agriculteur dans le cas du colza, de 120 euros par hectare. C'est tout à fait considérable."
 

Préserver la vie du sol 


De la même façon, une diversité de micro-organismes dans le sol permet d'épurer l'eau des produits phytosanitaires qui s'y trouvent.

Les viticulteurs par exemple sont invités à se passer de plus en plus de pesticides et à laisser les inter-rangs de leurs vignes enherbés.
 

Quelles conséquences politiques ? 


Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine va, dès son prochain budget, réorienter ses subventions pour aider à cette transition écologique.

"Il va falloir orienter l'argent public pour privilégier l'autonomie alimentaire des élevages, faire en sorte que la consommation soit plus locale, privilégier l'agro-écologie, le bio, le maraîchage, plutôt que les grands céraliers et les grandes cultures qui appauvrissent la biodiversité, et tuent les sols" réagit Nicolas Thierry, vice-président du conseil régional en charge de l'environnement et de la biodiversité. 

L'intégralité du rapport d'Ecobiose est attendue à l'automne prochain. 

Le reportage de Sandrine Valéro et Nicolas Pressigout : 
Nouvelle-Aquitaine : l'importance de la biodiversité pour les productions agricoles
Intervenants : Vincent Bretagnolle, Chercheur - coordinateur du projet ECOBIOSE, Nicolas Thierry, Vice-président du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine en charge de l'environnement et de la biodiversité Equipe : PRESSIGOUT Nicolas, VALERO Sandrine, GRANGER Xavier

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d' Eloïse Morel du Collectif du 8 mars de Poitiers

Les + Lus