Bordeaux : polémique autour de l'arrestation musclée d'un cycliste par la police municipale

L'interpellation fait le tour des réseaux sociaux. Mercredi à 18h un cycliste a été renversé par une voiture de la police municipale avant d'être arrêté de manière musclée. La ville juge ette arrestation "conforme" tout en demandant un rapport du Directeur général des services de la Ville.
Deux policiers interpelant un cycliste place Nansouty à Bordeaux le 6 mai 2020.
Deux policiers interpelant un cycliste place Nansouty à Bordeaux le 6 mai 2020. © Capture Twitter

Les faits se sont produits mercredi vers 18h en plein centre-ville de Bordeaux, place Nansouty. Selon plusieurs témoignages un cycliste fait un doigt d'honneur à une voiture qui la klaxonne sans voir qu'il s'agit d'un véhicule de la police municipale. La voiture fait alors une queue de poisson au jeune homme pour l'interpeller et le renverse.

De nombreuses personnes sont témoins de la scène, comme l'explique ce tweet, décrivant "beaucoup de monde" place Nansouty. "A quelques mètres de moi, un jeune homme de couleur noire se fait renverser par la voiture de police qui l'avait doublé mais s'est rabattue trop vite et l'a percuté sur son flanc arrière droit". "Nous les passants, environ 30 puis 50, nous hurlons au scandale d'une situation absurde qui se retourne contre le jeune homme qui vient de se faire renverser".

Selon la mairie, l'homme a été interpellé "après une infraction au code de la route et un outrage manifeste". "Au cours de l'interpellation les deux véhicules sont entrés légèrement en contact à très faible allure, provoquant la chute du cycliste qui n'a heureusement pas été blessé". Sur cette vidéo postée dans un tweet, une jeune femme témoin de la scène affirme en effet que la roue du vélo est voilée, confirmant un choc entre la voiture et le cycliste. 
 

Quelques instants plus tard, sur cette vidéo, on voit deux policiers municipaux menotter le cycliste plaqué au sol. Celui-ci se débat. Aucun policier ne porte de masque, ce qui est relevé par les témoins de la scène. Alors que des passants protestent contre cette arrestation musclée, "vous le renversez puis vous le menottez" conteste une femme, on entend clairement un policier dire "arrêtez de nous casser les couilles".

La mairie  affirme que "les caméras piétons des policiers municipaux permettent de constater l'outrage, la rébellion et l'accomplissement conforme de toutes les règles d'intervention de la Police municipale". Mais parallèlement "à la demande du Maire, le Directeur général des Services de la Ville a demandé un rapport précis des faits et l'archivage des images".

Le soir même le cycliste a été, selon la mairie qui a porté plainte, présenté au commissariat pour rappel à la loi. Et ce matin la mairie explique que le rapport du Directeur général des Services de la Ville est toujours en cours de traitement. 

L'Inpection Générale de la Police Nationale, la police des polices, n'a pas en charge la police municipale qui est sous l'autorité du maire. En revanche si le parquet relève un abus de pouvoir ou une infraction, il a la possibilité de saisir le service d'enquête. A Suivre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité polémique réseaux sociaux