Pierre Hurmic s'engage à accueillir plusieurs familles afghanes à Bordeaux

Comme d'autres maires EELV français, Pierre Hurmic a indiqué qu'il s'engageait à accueillir plusieurs familles de réfugiés afghans à Bordeaux, dans un message publié ce mercredi 18 août sur le réseau social twitter.

Comme les maires EELV de Strasbourg, Lyon, Tours et Besançon, Pierre Hurmic s'est engagé à accueillir "plusieurs familles afghanes nommément désignées", a-t-il indiqué sur le réseau social twitter. 

"Notre ville, comme beaucoup d'autres, est mobilisée dans cet effort de solidarité internationale qui doit être coordonné à l'échelle nationale et européenne", écrit-il sur le réseau social twitter. 

"Les maires ont un rôle à jouer" 

"Les maires ont un rôle à jouer", souligne Pierre Hurmic, en déplacement à Poitiers pour les Journées d’été des écologistes. "Ils ne doivent pas se substituer aux autorités nationales, européennes et internationales, qui doivent être au premier rang, pour régler cette crise afghane."

"Nous devons donner quelques signes d'hospitalité. Ce qui m'a beaucoup motivé, c'est que j'ai été interpellé, il y a déjà deux jours, par des Bordelais, qui sont en contact avec des Afghans, et qu'ils m'ont dit qu'ils étaient prêts à les aider à venir ici à Bordeaux" ajoute le maire de Bordeaux. 

→ Ecoutez le maire de Bordeaux Pierre Hurmic : 

Le maire de Bordeaux Pierre Hurmic s'engage pour l'accueil de réfugiés Afghans

Le maire de Bordeaux avait été interpellé par le groupe Bordeaux en Lutte (dont fait notamment partie Philippe Poutou) afin qu'il prenne position en faveur de l'accueil des réfugiés. 

"Bordeaux se doit de porter une voix forte pour l'accueil des réfugié.e.s, mais aussi contrer le discours réactionnaire du chef de l'Etat" soulignent les élus de Bordeaux en Luttes dans leur communiqué.  

Une réaction aux propos d'Emmanuel Macron 

Deux jours plus tôt, lors de son allocution télévisée, le président de la République Emmanuel Macron avait assuré que "notre devoir et notre dignité" était de "protéger celles et ceux qui sont les plus menacés" parmi les Afghans qui fuient leur pays en proie au chaos depuis la prise de pouvoir des talibans dimanche. 

Il avait ensuite ajouté ces quelques mots,  suscitant l'indignation de nombreuses figures de l'opposition à gauche et de plusieurs associations, "nous devons anticiper et nous protéger contre les flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature".

Une décision "scandaleuse et irresponsable" pour le RN 

De son côté, la cheffe de file du Rassemblement National, Edwige Diaz, réagit en dénonçant "une décision scandaleuse et irresponsable" de la part du maire de Bordeaux, estimant que "les Bordelais n'ont pas à payer les lubies immigrationnistes des écolos !". 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique réfugiés société