Rythmes scolaires : les écoles de Mérignac (Gironde) conserveront les 4,5 jours par semaine

Dans les 30 écoles de Mérignac, la semaine de 4,5 jours sera à la rentrée 2018. / © France 3 Aquitaine
Dans les 30 écoles de Mérignac, la semaine de 4,5 jours sera à la rentrée 2018. / © France 3 Aquitaine

Ce vendredi 9 février, la municipalité de Mérignac a annoncé que la semaine de 4,5 jours serait maintenue dans les 30 écoles de la commune. Un choix en accord avec la majorité des parents, tout comme les enseignants et le personnel des écoles élémentaires. 

Par AR

Contrairement à Bordeaux, et à la majorité des communes de la métropole, les écoliers de Mérignac ne reviendront pas à la semaine de 4 jours à la prochaine rentrée scolaire. C'est ce qu'à annoncé le maire, Alain Anziani, lors d'une conférence de presse ce vendredi 9 février. 

Cette décision a été prise après le recueil de l'avis des parents, tout comme celui des enseignants et du personnel. En effet, plus de 63 % des parents ont répondu qu'ils étaient favorables au maintien de la réforme des rythmes scolaires, tout comme huit des douze conseils des écoles élémentaires.

En revanche, en maternelle, neuf des quatorze conseils se sont prononcés en faveur d'un retour aux quatre jours. "En maternelle, on fera des aménagements", assure le maire Alain Aniziani. 

Rythmes scolaires : les écoles de Mérignac (Gironde) conserveront les 4,5 jours par semaine
Intervenants : Alain Anziani, Maire de Mérignac ; Marion Clarisse, Présidente FCPE quartier Mérignac Arlac Equipe : América Lopez, Ludovic Cagnato. Montage : Alain Guichard.

À la sortie des temps d'activités périscolaires, les parents sont divisés. En revanche, le syndicat de parent FCPE l'assure, la semaine à 4,5 jours est meilleure pour les enfants. "Cela respecte les rythmes des enfants, qui ont besoin de journées moins longues, [...] avec des journées de 5 h 15 contre 6 heures si on repassait à 4 jours", explique Marion Clarisse, présidente de la FCPE dans le quartier Arlac. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Haute-Vienne : les arboriculteurs cherchent des saisonniers pour la récolte des pommes

Les + Lus