Les chasseurs de Gironde rassurés : il n'y aura pas de journée sans chasse

Pas de journée sans chasse, une application dédiée et la création d'un délit d'alcoolémie... Bérangère Couillard, la secrétaire d'État à l'Ecologie a présenté ce lundi les arbitrages du gouvernement pour mieux sécuriser la pratique de la chasse.

La plupart des mesures annoncées ce lundi avait déjà fuité dans la presse La secrétaire d'État à l'Écologie Bérangère Couillard, en déplacement ce lundi dans le Loiret, a précisé les mesures gouvernementales de sécurisation de la chasse.

Pas de journée sans chasse

La journée sans chasse, réclamée par des nombreuses associations et, selon un sondage Ifop, par 78 % des Français sondés, n'a pas été retenue. En revanche, une application pour smartphones, conçue pour les promeneurs sera créée dès cet automne" pour identifier les zones et horaires non chassés".

Autre mesure annoncée par la secrétaire d'État, réélue députée de la Gironde en 2022 avant d'intégrer le gouvernement, la création d'une "contravention pour sanctionner l'acte de chasse sous l'emprise excessive de l'alcool, puis favorisera la création d'un délit par voie législative". 
Le gouvernement a également prévu de généraliser la formation à la pratique des armes, et de renforcer les sanctions en cas d'accident grave.

Une application numérique qui pose question

Des mesures qui satisfont Henri Sabarot, président de la fédération de chasse de la Gironde. "J'avais bien signifié à la ministre l'opposition des chasseurs au jour de non chasse, souligne-t-il. Quant au délit d'alcoolémie, il ne gêne nullement les chasseurs". 
Le patron des 40 000 chasseurs girondins voit le nombre de ses licenciés diminuer chaque année. Le loisir est délaissé par les plus jeunes. Au regard de cette évolution, il admet se questionner sur la création de l'application. "Là-dessus, il va falloir attendre un peu", estime-t-il.

Il y aura sans doute des problèmes sur la disponibilité du réseau Internet. Et se pose aussi la question de la maîtrise des outils et du smartphone par les pratiquants. 

Henri Sabarot, président de la fédération de chasse de la Gironde

à Rédaction web France 3 Aquitaine

"Nous ne gagnerons pas contre la société"

"Tout le reste, les formations sur la sécurité, le respect de l'angle de tir, nous le faisons déjà à longueur d'année. Le permis de chasser, c'est quelque chose de sérieux, de difficile", a rappelé le président de la fédération girondine. 

Henri Sabarot reconnaît toutefois que les mesures présentées ce lundi ne suffiront sans doute pas à apaiser le débat. "Le monde de la chasse va écouter cela en se disant "mais tout ça on le fait déjà".  Les opposants, eux, vont continuer à se plaindre de ne pas pouvoir se promener à leur guise", prédit-il, avant d'ajouter souhaiter "un débat apaisé". "Il ne faut surtout pas se fâcher avec la société; Nous ne gagnerons pas conte la société".