Talence, Sarlat : ces communes qui paient une partie du permis à leurs jeunes en échange d'heures de bénévolat

Vous avez moins de 25 ans et envie de passer le permis ? Plusieurs communes de la région proposent de verser entre 300 et 700 euros contre un engagement dans une association. Exemple à Sarlat et Talence.

"On a lancé le dispositif l'année dernière mais avec le covid c'était compliqué à mettre en place" explique Guy Stievenard, l'adjoint en charge de la citoyenneté à la mairie de Sarlat en Dordogne.

"Là on vient de le relancer, on va pouvoir accorder 20 bourses en 2021". 

Le permis, sésame pour l'emploi

Le budget de 6000 euros a été voté à l'unanimité en conseil municipal l'année dernière dans un double objectif. D'une part permettre aux jeunes sarladais d'accéder plus facilement au permis, précieux sésame pour la recherche d'emploi en périgord noir. D'autre part pour leur faire découvrir le milieu associatif.

Fanny Mora, présidente de l'association locale Compost'ère, avoue que l'idée est très intéressante.

Elle s'occupe de collecter les restes alimentaires et matières organiques des restaurants de l'hyper centre pour en faire du compost et créer des jardins partagés.

"Ces jeunes pourraient nous donner un coup de main dans les collectes, l'entretien du compost, du jardin, tondre, fabriquer des jardinières par exemple".

D'autant que l'activité peut être très soutenue en période de vacances. "L'été dernier on a récupéré 4 tonnes de matière en 4 mois sur seulement 5 restaurants et il y a des dizaines de restos ouverts en pleine saison".

L'aide s'adresse à tous les 16 - 25 ans habitant la commune. 300 euros contre 20 heures passées dans une association sarladaise, alors que le permis coûte aujourd'hui entre 1200 et 1800 euros selon le nombre d'heures de conduite nécessaires.

"La somme sera versée directement à l'auto-école une fois les heures effectuées" précise Guy Stievenard.

En cas de demandes trop nombreuses, un tirage au sort sera effectué. "Mais on pourrait aussi augmenter le nombre de bénéficiaires, tout est ouvert" ajoute l'élu.

Dans le département voisin, en Gironde, la commune de Talence a elle décidé de lancer un dispositif similaire l'été dernier.

"On a 31 dossiers en cours de constitution. Entre 2021 et 2022 on acceptera au total 60 dossiers" nous confie Camille Birot-Garcia qui dirige le service jeunesse et vie étudiante dans cette commune universitaire où 50% de la population est âgée de moins de 30 ans.

Le budget a été voté en juillet dernier, c'était une promesse électorale du maire Emmanuel Sallaberry et de son équipe municipale.

"On demande 70 heures d'engagement citoyen dans une des 6 structures de notre maison des associations, le Secours Populaire, le Secours Catholique, St-Vincent-de-Paul, les Restos du Coeur, Espoir pour tous et l'association familiale". 

En contrepartie les jeunes de 18 à 25 révolus qui participeront obtiendront 700 euros une fois leur permis obtenu. "Mais ils devront le passer avec une auto-école de Talence" précise Camille Birot-Garcia.

"L'aide doit alimenter la vie économique et sociale locale".

Donner aux jeunes l'envie de s'engager

Outre le coup de pouce au permis, l'objectif est de susciter chez les jeunes l'envie de s'engager.

"L'idée est de redynamiser le tissu citoyen, ces jeunes deviendront peut-être de vrais bénévoles par la suite" veut espérer la responsable jeunesse.

Comme à Sarlat, le dispositif se veut ouvert et adaptable.

"Pour l'instant on a choisi des associations à caractère solidaire et d'intérêt collectif. Les jeunes seront amenés à faire du soutien scolaire, de la collecte et distribution de repas, du divertissement auprès des personnes isolées, des actions en faveur de l'environnement. Mais toute association intéressée peut entrer en contact avec nous et pourquoi pas des associations sportives" assure t-elle.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société jeunesse famille