• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Train Bordeaux-Nantes : c'est parti pour l'ouverture à la concurrence

Gare St-Jean de Bordeaux : elle accueille les trains intercités qui vont être ouverts à la concurrence / © Cottereau Fabien MAXPPP
Gare St-Jean de Bordeaux : elle accueille les trains intercités qui vont être ouverts à la concurrence / © Cottereau Fabien MAXPPP

Qui va reprendre la ligne Bordeaux-Nantes ? La voilà ouverte à la concurrence. Mais qui peut être intéressé par une ligne " pourrie " comme l'a décrit Renaud Lagrave, vice-président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge des transports. 

Par Christine Le Hesran

C'était dans les cartons, voilà les cartes sur la table. La ligne ferroviaire Bordeaux-Nantes va être ouverte à la concurrence. C'était encore une des lignes dont l'Etat était responsable. Beaucoup ont déjà été cédées aux Régions depuis 2015. Cette Ligne Bordeaux-Nantes avait été à l'époque proposée au Conseil Régional qui l'avait refusée, tout comme les lignes Bordeaux-Toulouse et Hendaye-Toulouse. 

On ne cherche pas à sortir le sortant, l'objectif n'est pas de sortir la SNCF. Ca sera, d'une certaine façon, que le meilleur gagne!

a-t-on précisé au ministère des Transports. "La concurrence doit permettre d'apporter des nouveaux services, des démarches innovantes pour les voyageurs et de réduire peut-être les coûts --on l'espère quand même--", a-t-on ajouté. "

Renaud Lagrave, élu en charge des transports au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine, ne voit pas comment cette ligne va mieux fonctionner pour autant.  

Bordeaux-Nantes est une ligne tellement pourrie. Le problème, c'est qu'on est en train d'ouvrir à la concurrence des lignes où on roule à 40 km/h. A quand les travaux sur Bordeaux-Nantes ? C'est ça le sujet. 

Questions en suspens


Cette ligne, comme toutes les autres, est déficitaire. Donc qui va être intéressé par un tel marché ? Quelles seront les conditions ? Renaud Lagrave s'interroge : 

Qui paye le déficit ? l'Etat ? 

Côté usager, une question : le service pourra-t-il être amélioré : tarif mais aussi fréquence des trains peu nombreux pour l'heure sur cet axe atlantique. 

Les entreprises qui pourraient se porter candidates sont des majors des transports : potentiellement Transdev, spécialiste transports routiers et trains en Allemagne notamment mais aussi des privés allemands ou italiens.
Renaud Lagrave décode leur démarche : " Leur but est de démontrer qu'ils peuvent faire mieux que la SNCF en vue de l'ouverture des autres lignes de France à la concurrence... "

J'attends une offre digne de ce nom. Je vais maintenant attendre qui est retenu, avec quel tarif et quelle fréquence proposées pour juger sur pièces. 

"On dit aux entreprises ferroviaires: préparez-vous, parce que dans un an, on vous donnera un cahier des charges précis auquel tous ceux qui voudront pourront répondre", a-t-on résumé au ministère des Transports.

Le matériel roulant sera, comme aujourd'hui, mis à disposition par l’Etat, qui en a assuré le financement en tant qu’autorité organisatrice de ces lignes. La procédure d’appel d’offres pourra se dérouler dans le courant des années 2020 et 2021, avec l’objectif d’un début d’exploitation en 2022. 
 
 

 








    















 

Sur le même sujet

Un jeune Périgourdin 17 ans poignardé la nuit de la Saint Sylvestre

Les + Lus