Viticulture : ils inventent un boitier pour alerter les promeneurs sur la présence de pesticides dans les vignes

Une Notiphy Box installée sur une parcelle à Meursault, en Bourgogne. / © ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Une Notiphy Box installée sur une parcelle à Meursault, en Bourgogne. / © ROMAIN LAFABREGUE / AFP

En Bourgogne, deux chercheurs ont mis au point un boitier qui émet une lumière blanche pour alerter les promeneurs et riverains dans les heures qui suivent les traitements aux pesticides dans les vignobles. 

Par AR et AFP

"En me baladant dans les vignes en Bourgogne, je me suis aperçu que, de temps en temps, je rentrais à la maison en sentant le soufre ou un produit" chimique, raconte Mario Rega, agro-climatologue à l'université de Bourgogne et l'un des deux inventeurs du boîtier.

Activée à distance, la "Notiphy Box" émet une lumière blanche visible en plein jour pendant le "délai de ré-entrée": 6 à 48 heures pendant lesquelles il est théoriquement interdit à quiconque d'entrer sur la parcelle. A condition de savoir qu'elle a été traitée.

Une fois le boîtier en place, le viticulteur se familiarise au maniement de la télécommande Bluetooth avant de dégainer son smartphone, qu'il a toujours sur lui et qui pourra aussi lui servir à contrôler l'appareil.
 
Un capteur de luminosité coupe le clignotement la nuit venue - pour éviter la pollution lumineuse - et un écran indique le compte à rebours avant de pouvoir à nouveau entrer dans la parcelle.

→ Voir le reportage de France 3 Bourgogne-Franche-Comté 
 
La Notify Box, un boitier pour alerter sur les traitements aux pesticides dans les vignes
France 3 Bourgogne Franche-Comté
 

Une forte demande dans le Bordelais 


Deux ans après son invention, plus d'une quinzaine de boîtiers sont en fonctionnement dans les vignes, surtout en Bourgogne mais aussi dans le Bordelais et en Champagne.

La startup développe en parallèle un logiciel qui permet d'informer riverains ou salariés, grâce à un fil d'informations envoyé sur le téléphone ou consultable en ligne, sur les traitements prévus ou en cours.

"C'est notamment dans le Bordelais qu'on a une forte demande par rapport à ça", indique Benjamin Bois, décrivant "des problèmes vis-à-vis de l'épandage à proximité d'écoles" ou encore le cas de "la vigne périurbaine dans la région de Pessac-Léognan".

L'entreprise progresse sur le marché français mais vise aussi un développement vers d'autres régions viticoles de la planète, en Europe ou aux Etats-Unis, et d'autres filières comme l'arboriculture, l'horticulture ou le maraîchage.

A terme, le boîtier pourrait aussi connaître quelques améliorations destinées spécifiquement aux touristes et devenir, selon ses créateurs, une borne d'information sur le terroir et les cépages environnants.
  

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus