Week-end du 1er-Mai : muguet, attention danger !

Plus de 800 personnes appellent le centre anti-poison du CHU de Bordeaux chaque année pour un problème lié à l'ingestion d'une plante. Le muguet de mai est en bonne place dans le liste des plantes toxiques.

C'est la plante traditionnelle du 1er-Mai. Les baies du muguet sont très toxiques.
C'est la plante traditionnelle du 1er-Mai. Les baies du muguet sont très toxiques. © D.Bonnet/F3Aquitaine

Ses mini-clochettes amusent beaucoup les enfants. Leur ingestion peut avoir des conséquences très graves, car les baies du muguet sont mortelles. La société d'horiculture de la Gironde alerte chaque année sur les dangers des plantes qui nous entourent. 

Une trentaine de plantes qui font du mal

Les brins de muguet sont présents dans de nombreux foyers lors du 1er-Mai, c'est la plante "porte-bonheur". L'occasion de faire passer le message de ses dangers. Dans la liste des plantes "poison", il y a donc le muguet, la belladone dont les petites graines noires peuvent causer des troubles digestifs, cardiaques et même neurologiques; l'alocasia, une plante d'intérieur, qui provoque des irritations; l'anthurium va causer des irritations à la bouche et au visage; l'arum d'Italie pourra donner des vomissements, des diarrhées et des convulsions; les feuilles de l'if (conifère) peuvent même "tuer un cheval"; la datura officinale est une fleur à grandes trompettes qui peut engendrer des convulsions et des troubles vasculaires; les fleurs de la digitale provoqueront des maux de tête et des troubles cardiaques; la colchique, parfois confondue avec l'ail des ours, est très toxique et cause des troubles digestifs et cardio-vasculaires, etc.

Il s'agit d'espèces assez communes dans notre région. La Société d'Horticulture de la Gironde a répertoriée toutes les plantes dangereuses dans un livre intitulé "Les plantes du mal", en vente sur son site internet (6 euros).

© Société Horticulture de la Gironde

Jusqu'à l'arrêt cardiaque

Il y a exactement 32 plantes qui posent problème au centre anti-poison et de toxicologie du CHU de Boreaux qui reçoit entre 600 et 800 appels par an suite à des intoxications alimentaires. Des accidents qui pourraient être évités.

Il peut s'agir d'enfants qui avalent une plante ou ses baies, ou bien des confusions de la part des adultes. Les plantes comestibles sont à la mode, les randonnées en famille aussi. Mais "attention" prévient Michel Verteuil de la Société d'horticulture de Gironde." Connaître les plantes qui nous entourent et que l'on retrouve dans beaucoup de jardins, c'est du domaine éducatif de la famille. La moitié des plantes toxiques se retrouve dans nos jardins, à la portée de tous", explique-t-il. Nous faisons de la prévention grand public car les accidents sont nombreux et de plus en plus fréquents à en croire le centre antipoison.

La toxicité des plantes est plus importante que celle des champignons. Il y a deux à trois cas mortels par an !

Michel Verteuil, vice-président de la Société d'horticulture de Gironde

Le colchique d'automne
Le colchique d'automne © Wikipédia

La Société d’Horticulture de la Gironde compte 200 adhérents. Elle a fêté ses 180 ans d'existence en 2019, c'est le deuxième plus grande société après celle de Paris, spécialisée dans le jardin d'agréement. Elle est située 66 Avenue Léon Blum, au Bouscat, dans la banlieue de Bordeaux. Permanence tous les mardis de 10h à 16h. Email: shg33@orange.fr

Des adhérents de la SHG seront présents lors de la grande fête des plantes de Gradignan les 5 et 6 juin 2021 au château Tauzia.

Joindre la Société d'Horiticulture de la Gironde en contactant son vice-président Michel Verteuil 0685819665 ou le 0557858083 et le site de la SHG en cliquant ici

►Centre anti-poison et de toxicologie du CHU de Bordeaux  05 56 96 40 80

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature santé société