Ce qu'il faut savoir sur la reprise de Ford- Getrag à Blanquefort par Magna

Magna bientôt unique propriétaire de Getrag ? L'équipementier canadien qui détenait déjà la moitié du site girondin  achèterait l'autre moitié, propriété du géant américain de l'automobile Ford dans quelques mois. La Commission Européenne s'est saisie du dossier. Un CSE se tiendra le 7décembre. 
Les salariés se sont réunis à Blanquefort ( archives 10 septembre 2020 )
Les salariés se sont réunis à Blanquefort ( archives 10 septembre 2020 ) © Cendrine Albo - France 3 Aquitaine
"C'est ce qu'on attendait" se réjouit Raphaël Pellon de la CFDT. "Que la commission européenne se saisisse du dossier. Ca veut dire qu'on est sur la bonne voie". Le délégué syndicat se veut confiant et espère que la commission chargée de veiller au respect des règles de la concurrence pour améliorer le bien-être des consommateurs et le fonctionnement des marchés dans l’UE donnera son feu vert. 

Sur les réseaux sociaux le député LREM Benoît Simian se réjouit de la reprise du site girondin de #Ford -Getrag par le Canadien Magna". "C'est  une excellente nouvelle" estime -t-il. "Encore faut-il maintenant que l'accord soit finalisé sur les termes du contrat. C'est en ce sens que j'ai interpellé la commissaire européenne à la concurrence".  Pourtant la CGT elle est beaucoup moins optimiste. Elle a posté un texte assez cinglant où elle corrige "les élèments faux" cités par le député Simian. 
 Le climat est tendu depuis l'été dernier quand Ford a annoncé son intention de sortir de GFT et que la question de l'avenir de l'entreprise de 800 salariés s'est posée, un an après la fermeture de la voisine Ford. 
 

Les deux usines étaient installées sur 20 hectares dans une zone industrielle de Blanquefort près de Bordeaux. Au plus fort, elles ont employé jusqu'à 3000 salariés. C'était l'un des poumons industriels de Bordeaux Métropole.  Ford Aquitaine Industries était spécialisée dans les boîtes automatiques pour le marché américain. Aujourd'hui ses locaux vides sont sur le point d'être démolis. 

Getrag Ford Transmissions,  co-entreprise créée avec l'allemand Getrag, elle,  fabrique des boîtes manuelles destinées aux petits véhicules. En 2016, le géant canadien Magna a racheté Getrag. Quatre ans plus tard, face à un marché en déclin, les deux co-actionnaires  préfèrent défendre leurs intérêts séparemment. En juin, Ford annonce son intention de se retirer. La branche autrichienne de Magna se prépare aujourd'hui à devenir l'unique propriétaire de GFT.  

Mais l'intersyndicale CGT-FO-CFTC s'oppose à la dissolution. Elle demande par ailleurs le maintien des contrats et des accords existants ainsi que le maintien de l'emploi. Des garanties que Magna ne veut pas donner pour l'instant. Les trois syndicats ont rendu un avis négatif sur le projet de rachat. La CFDT l'a signé avec réserves. 

En octobre dernier, l'intersyndicale avait obtenu plusieurs avancées. Elle a réussi à imposer la prolongation du droit d'alerte ainsi que la nomination d'un expert. 
 
Le 12 novembre, la commission européenne, s'est saisie du dossier. Elle devra rendre un avis avant le 7 décembre, date à laquelle les élus du personnel de GFT sont convoqués à un CSE. 
La reprise officielle (sauf avis défavorable de la commission européenne peu probable) se ferait l'an prochain. Mais l'intersyndicale redoute la fermeture rapide du site par la suite. Ford étant le seul client à ce jour de GFT. 
 
  




 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi