En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l'anguille

Contrôler les pêcheurs d'anguilles : c'est l'une de leurs missions et ce mercredi, les inspecteurs de l'Agence française pour la biodiversité ont effectué leur première sortie sur la Garonne, en Gironde. Ce poisson grand migrateur est en danger d'extinction et sa pêche est très réglementée. 
Un pêcheur contrôlé par la police de la mer  le 23 mai 2018.
Un pêcheur contrôlé par la police de la mer le 23 mai 2018. © Jean-François Géa
Et pour la police de la mer, prendre un braconnier dans ses filets n'est pas chose aisée. Ses inspecteurs observent le comportement des pêcheurs et procédent à des contrôles aléatoires.
Ils vérifient le nombre de nasses : cent pour les professionnels, trois pour les amateurs et ce pendant toute la durée de la saison (du 1e mai au 30 septembre, dans notre région). 
La police de la mer contrôle une nasse d'anguilles.
La police de la mer contrôle une nasse d'anguilles. © Jean-François Géa

Ces pièges, immergés dans l'eau doivent être reliés à une bouée afin de faciliter le contrôle. Une obligation pas toujours respectée. D'autre part, le panier doit disposer de mailles suffisamment larges pour permettre aux  crevettes de s'échapper et son entrée ne doit laisser passer que les anguilles. Enfin, une plaque doit y être accrochée, rappelant le type de permis dont dispose le pêcheur.

La police de la mer contrôle la plaque d'un pêcheur d'anguilles.
La police de la mer contrôle la plaque d'un pêcheur d'anguilles. © Jean-François Géa

En cas d'infraction, le pêcheur risque grosDes mesures drastiques pour protèger une espèce en danger grave d'extinction

En mars 2018, des scientifiques européens ont lancé un programme pour tenter d'enrayer le fléau.
L'institut girondin IRSTEA et l'Inra Aquitaine sont en pointe sur le sujet. 
L'Agence française pour la biodiversité et sa police de la mer et des eaux aquatiques mettent en place un plan de national de gestion de l’anguille européenne depuis 2010.

Anguille européenne : les efforts engagés par la France pour réduire les causes de mortalité et reconstituer le stock


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie environnement société