Le Front de Gauche espère une mobilisation citoyenne à l'image de Podemos ou Syriza

Le 1er grand meeting de campagne des candidats Front de Gauche pour les élections régionales s'est tenu jeudi soir à Bègles en Gironde. Dans une salle archi-comble. L'ancienne secrétaire générale du PCF et ex-ministre Marie-Georges Buffet est venue soutenir Olivier Dartigolles et ses co-listiers.

© F3 Aquitaine
45 ans, dynamique, pas vraiment langue de bois, Olivier Dartigolles est persuadé qu'il peut créer la surprise avec "ses copains" du Front de Gauche en décembre prochain.

Porte parole du Parti Communiste et tête de liste pour les régionales, il veut rassembler au maximum à gauche, dans les milieux associatifs, syndicaux, sociaux, écologistes, tous les citoyens qui ne se retrouvent pas dans la politique du gouvernement.

"Ne pas se résoudre" clame t-il, "vouloir autre chose que l'austérité et cette politique qui épuise les êtres humains, la nature et nous prive d'imaginaire".

Son discours et son programme séduisent. Il veut développer le réseau des trains régionaux, il veut l'égalité des territoires face à une mégalopole bordelaise, contrôler l'efficacité des aides publiques versées aux entreprises, encourager les circuits courts dans l'agriculture, et il fait de la transition énergétique l'une de ses priorités.

Il regrette l'absence d'accord avec Europe Ecologie Les Verts qui a décidé de partir seul dans la campagne. Au risque de ne pas atteindre les 5% obligatoirement requis pour pouvoir fusionner au second tour. Pourtant dit-il, le combat écologique et le combat social se rejoignent.

L'argent? Il en trouvera. Une première piste : ponctionner ls depôts bancaires. Ils s'élèvent à soixante-quinze milliards d'euros pour la seule région Aquitaine. "1% de ces dépôts permettrait de mettre en place un fond régional qui aiderait de suite les PME, PMI, TPE bien souvent égorgées financièrement alors qu'on verse des aides à TurboMéca, Safran, Total... Tout est à reconsidérer, tout est à revisiter et c'est possible dès les premiers mois de la future mandature" assure t-il.

Olivier Dartigolles veut croire que sa liste "l'humain d'abord" atteindra au moins 10% des suffrages au soir du 6 décembre, score minimum pour participer au second tour et obtenir quelques sièges au sein de la future assemblée régionale.

Regardez le reportage de Cendrine Albo-Reichert et Didier Bonnet au meeting de Bègles :

durée de la vidéo: 02 min 03
1er grand meeting régional du Front de Gauche avec Marie-Georges Buffet









 tête de liste "l'humain d'abord" dans la grande région Aquitaine Limousin Poitou Charentes
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales politique élections front de gauche
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter