Les prix des fruits et légumes en hausse : à Libourne, la vente directe épargnée (pour le moment)

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed avec Denis Salles

Les prix des fruits et des légumes ont bondi de 9% en deux ans selon l'association Familles rurales qui tire la sonnette d'alarme. Cette hausse des prix ne touche pas de la même façon la vente directe. Illustration à Libourne ce vendredi 28 janvier 2022.

"Les pommes, l’année dernière, elles étaient à 1,50 euros. Là, on les trouve à 1,40 euros", constate Jo sur le marché de Libourne en Gironde ce vendredi matin 28 janvier. Alors que les prix des fruits et légumes sont en hausse de 9% en France entre 2019 et 2021, sur ce marché, ils n’augmentent pas selon les clients. "J’achète quasiment tous mes légumes chez Florent et il a très peu augmenté ses tarifs, mais par contre, c’est quelque chose qu’on redoute vu ce qu’il nous dit sur le prix des plants, forcément ça va avoir des répercussions", indique Eléanore une autre cliente.

Alors que l’enquête de Familles rurales met en lumière l’augmentation des prix dans 148 magasins (hypermarchés, supermarchés, enseignes à dominante marques propres type hard-discounts, spécialisés bio), la vente directe ne semble pas encore être fortement touchée par le phénomène, comme l’explique Florent Cuch, maraîcher, qui vend sa production sur le marché. Cette année, il n’a pas augmenté ses prix.

Nous, en lien direct, on n’a pas d’intermédiaires donc on produit, on ramasse la veille, on vend nous même le lendemain. Et donc surtout pas d’intermédiaire.

Florent Cuch

maraîcher

Une augmentation au printemps à prévoir

Mais toutes les bonnes choses ont une fin : l’augmentation des prix pourrait finir par toucher aussi les marchés et les ventes directs.  "On n’aura pas le choix, déplore Florent Cuch. Il faudra y passer. Aujourd’hui, on a quand même nos matières premières pour la production de nos légumes qui augmentent énormément. Tout ce qui est plastique, emballage, engrais, le plant, on a une augmentation entre 10 et 30%."

Une augmentation des prix serait donc à prévoir au printemps prochain. Elle pourrait avoisiner les 10 à 15 % sur l’étale de Florent Cuch.

L’association Familles rurales, quant à elle, demande la mise en place d’un "chèque fruits et légumes" en 2022, "pour ne pas détourner les familles aux budgets les plus modestes de ces aliments bons pour la santé."
Faut-il rappeler qu'en France, le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de manger au moins 5 portions de fruits et légumes par jour.