Régionales : l'ancien député LR de Gironde Jean-Paul Garraud conduira la liste du RN en Occitanie

L'ancien député girondin LR Jean-Paul Garraud, devenu eurodéputé RN en 2019, conduira la liste du Rassemblement national aux élections régionales en Occitanie, dans l'espoir d'attirer des voix à droite, a annoncé le parti mardi 23 février.

Jean-Paul Garraud en 2013 lors d'une convention de l'UMP
Jean-Paul Garraud en 2013 lors d'une convention de l'UMP © MAXPPP Marlene Awaad

L'ancien député LR de Gironde (2002-2012), qui réside désormais dans cette région, a reçu le soutien de l'influent maire RN de Perpignan Louis Aliot, dont "l'avis compte" selon un haut cadre. Il affrontera la présidente sortante socialiste Carole Delga. Ancien magistrat, Jean-Paul Garraud est l'auteur principal de la contre-proposition du RN sur le séparatisme.
Il a été aussi rapporteur de la loi de 2010 qui interdit la dissimulation du visage dans l'espace public, comme avec le voile intégral.


Cette candidature permet notamment de rallier le maire de Béziers Robert Ménard, fervent partisan de "l'union des droites", qui avait songé à se présenter avec la maire LR de Montauban Brigitte Barèges, récemment condamnée à cinq ans d'inéligibilité. Le porte-parole du RN Julien Sanchez, maire depuis 7 ans de Beaucaire (Gard) et président du groupe RN à la région, était aussi candidat pour conduire la liste du RN, faisant valoir son "implantation locale" et sa "légitimité de principal opposant" à Carole Delga. Plusieurs élus du conseil régional avaient envoyé un courrier aux instances du parti pour défendre sa candidature.
Le 10 février, le RN avait déjà annoncé l'investiture dans le Grand Est de l'ancien militant de Debout la France, Laurent Jacobelli, devenu porte-parole du parti. L'ancien ministre sarkozyste Thierry Mariani, élu eurodéputé RN, est pressenti en Provence-Alpes-Côte d'Azur, bastion du RN, où il affrontera son ancien ami de LR, le président sortant Renaud Muselier. Le numéro deux du parti, Jordan Bardella, pourrait lui s'investir en Ile-de-France, terre de conquête, où il ne comptait pas se présenter avant de changer d'avis.

    
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales politique élections