Cet article date de plus de 8 ans

Secours Catholique : la précarité s'installe

Dans son rapport annuel, l'ONG indique que la précarité dure et concerne de plus en plus des femmes seules avec enfants.
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Selon le Secours Catholique, dans son rapport intitulé "Regards sur 10 ans de pauvreté", la précarité s'est durablement installée chez ses bénéficiaires et touche plus particulièrement les femmes seules avec enfants,
L'ONG tire une nouvelle fois le signal d'alarme et demande la revalorisation des minima
sociaux et une réduction des charges fixes qui pèsent proportionnellement plus sur les familles
modestes.

Sous le seuil de pauvreté

L'an dernier, ils étaient 1.422.000 personnes, dont 668.000 enfants à être accueillis dans les structures.
Parmi les bénéficiaires, 94% vivaient en 2011 sous le seuil de pauvreté (vivant avec moins de 964 euros mensuels) et 68% sous le seuil de très grande pauvreté (644 euros).
Un tiers des personnes accueillies en 2001 comme en 2011 avaient déjà fréquenté les structures du Secours
catholique l'année précédente.

L'ONG reçoit de plus en plus d'étrangers en situation de pauvreté (30% contre
23% en 2001, dont 6% en situation irrégulière), et de plus en plus de femmes (57%
en 2011 contre 50% en 2001), notamment en raison d'une hausse des familles monoparentales,
qui représentent 58% des familles accueillies (dont 160.000 mères célibataires et 20.000
pères seuls).
Parmi eux, ils sont de plus en plus nombreux à subir le chômage (de 58% en 2001 à 66% en
2011). De même, 25% sont des chômeurs non indemnisés (contre 18% en 2001). "La difficulté
d'accéder à un emploi" est le principal facteur de pauvreté, souligne Bernard Schricke.
Certains accumulent parfois les endettements : 60% des ménages rencontrés par l'ONG ont des impayés, et dans 40% des cas, ils concernent des dépenses de base comme le loyer ou l'énergie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité social vie associative