Viticulture : quand le cheval de trait remplace la machine dans les vignobles de Gironde

Pour faire face à la demande des propriétaires viticoles, de plus en plus nombreux à faire appel aux chevaux de trait pour remplacer les machines, une école nationale du cheval vigneron a été créée en 2019 en Gironde.

Les chevaux de trait peuvent être utile dans les vignes et remplacer les tracteurs sans polluer.
Les chevaux de trait peuvent être utile dans les vignes et remplacer les tracteurs sans polluer. © France 3 Aquitaine
"Depuis les années 2010, on voit un engouement pour le retour des chevaux de trait dans les vignes",  remarque Laura Merit, aide-formatrice à l'école nationale du cheval vigneron, une structure créée en 2019 en Gironde. 

À Saint-Emilion ou dans le Médoc, plusieurs propriétés viticoles se tournent désormais vers les chevaux de trait plutôt que les machines, notamment pour labourer ou butter entre les rangs.

"Faire de la traction animale nécessite une bonne lecture des sols. [...] Comme c'est du travail manuel, on est beaucoup plus raisonnés dans les modes d'intervention" apprécie ainsi Olivier Brunel, directeur technique du Château Soutard.
Jade Rossignol, stagiaire, découvre la pratique du cheval de trait, qu'elle envisage comme activité professionnelle.
Jade Rossignol, stagiaire, découvre la pratique du cheval de trait, qu'elle envisage comme activité professionnelle. © France 3 Aquitaine
Pour accompagner et encourager cette tendance, une école nationale du cheval vigneron a été créée en 2019 en Gironde. Des stagiaires s'y initient à la pratique, avant de revenir, peut-être, s'y perfectionner. 

"Ce qui est passionnant, c'est de travailler avec le cheval, qui est déjà un animal de compagnie extrêmement agréable", souligne Marie, stagiaire, déjà conquise.

"Le but c'est d'arriver au bout, et de voir si la personne va aimer ou pas ce travail, puis de l'inciter à faire une formation de perfectionnement si elle le désire", indique Eric Seuve, formateur de l'école. 


→  Regardez le reportage de Gilles Coulon et Philippe Turpaud : 
Gironde : des chevaux de traits pour l'entretien du vignoble
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie cheval animaux nature