Guéris mais toujours positifs au coronavirus : les explications d'un infectiologue de Limoges

Certains malades covid-19 avérés, une fois guéris et alors qu'ils ne présentent plus aucun symptôme de la maladie, sont parfois testés une deuxième fois positifs au coronavirus . Pour le professeur Jean-François Faucher, infectiologue au CHU de Limoges, ils ne sont pour autant plus contagieux.

Lors du dépistage massif au CH de Tulle mi-avril, 3 personnels soignants testés positifs en mars au covid19 et guéris se sont révélés toujours positifs lors de ces tests
Lors du dépistage massif au CH de Tulle mi-avril, 3 personnels soignants testés positifs en mars au covid19 et guéris se sont révélés toujours positifs lors de ces tests © Matthieu Dégremont - France Télévisions
Lors de la campagne de dépistage systématisé menée au centre hospitalier de Tulle mi-avril, trois personnels soignants déjà testés positifs en mars au covid19 et guéris se sont révélés toujours positifs lors de ces nouveaux tests. Entre ces deux dépistages, une fois leur première quatorzaine terminée, tous les symptômes ayant disparus, ils avaient repris leur travail. Et selon plusieurs infectiologues, ils n'étaient très vraisembablement plus contagieux. 
Car, pour le professeur Jean-François Faucher, chef de service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Limoges,  

quand on a guéri d'une infection, on peut encore détecter dans des prélèvements la présence génétique du microbe alors qu'il n'y a plus de microbe viable.

C'est à dire que le microbe est toujours présent mais qu'il n'est plus vivant et qu'il ne peut donc plus contaminer une autre personne. 
L'infectiologue a ainsi expliqué à Margaux Blanloeil que dans la grande majorité des cas avec le covid-19, c'est aussi ce qui se passe à partir de la 2ème semaine. 
 

Des études menées par des biologistes

Pour arriver à ces conclusions, l'infectiologue s'appuie sur des travaux réalisés par des biologistes. Ces derniers ont effectué de manière répétée et régulière des prélèvements dans le nez chez des malades du coronavirus. "La première semaine, raconte Jean-François Faucher, ils ont détecté la présence génétique, l'ARN, du covid-19 et ces prélévements étaient capables d'infecter d'autres cellules. La deuxième semaine, ils ont continué de détecter l'ARN mais les prélévements ne pouvaient plus infecter d'autres cellules."
 
La durée pendant laquelle les prélèvements sont capables d'infecter d'autres cellules et donc pendant laquelle le malade est contagieux "est généralement de 7 à 8 jours, précise le professeur, mais elle n'est pas la même chez toutes les personnes. Celles avec un déficit immunitaire peuvent rester infectantes un peu plus longtemps". 

Dans tous les cas, il faut que tous les signes cliniques de la maladie aient disparu pour pouvoir penser que la personne n'est plus contagieuse. "Et à l'inverse, si quelqu'un a encore de la fièvre ou de la toux, il risque d'être toujours contagieux même au bout de 9 ou 10 jours."

L'hôpital de Tulle, lui, par principe de précaution, a décidé que désormais tout personnel soignant testé positif au coronavirus devra refaire un dépistage à son retour de quatorzaine.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter