72ème anniversaire de la bataille du Mont Gargan

Les commémorations de ce haut fait de la résistance en Limousin ont eu lieu ce dimanche 17 juillet, à St Gilles-les-Forêts en Haute-Vienne.
Une cérémonie marquée par un hommage aux victimes de l'attentat de Nice.

Les commémorations de la bataille du Mont Gargan ont été marquées, ce dimanche 17 juillet, par un hommage aux victimes de l'attentat de Nice. Intervenants dans le reportage : Anne-Marie Montaudon, Présidente du comité ANACR-Amis de la Résistance de Châteauneuf-la-Forêt (87) / René Arnaud, Ancien maquisard / Chloé Landrieux, 21 ans / Michèle Guingouin, Vice-présidente des "Amis du musée de la résistance et de la déportation" de Limoges ©France 3 Limousin
Fait exceptionnel cette année : la traditionnelle minute de silence a été demandée en hommage aux maquisards mais aussi aux victimes de l'attentat de Nice.
La tragédie était présente dans tous les discours, lors de la cérémonie de commémorations, ce matin, à la stèle de la Forêt Haute, sur les pentes du Mont Gargan.

C'est là que le 18 juillet 1944 débutait une violente bataille entre les troupes du maquis du Colonel Guingouin et l'armée allemande, à la suite d'un parachutage de matériel à destination de la Résistance.
Ces combats meurtriers durèrent quatre jours et firent 38 morts dans les rangs des maquisards. Mais les pertes côté allemand furent près de dix fois supérieures. L'ennemi quitta le secteur le 24 juillet, et la majeure partie du matériel parachuté pû être sauvé.

Ce haut fait de la Résistance est aujourd'hui encore honoré, avec - bien sûr - de moins en moins de témoins directs.
Michèle Guingouin, la fille du Colonel Georges Guingouin, vice-présidente des Amis du musée de la Résistance et de la déportation de Limoges, est chaque année fidèle au rendez-vous.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire seconde guerre mondiale