Bonnac-la-Côte, en Haute-Vienne, au crible de la Chambre Régionale des Comptes

Dans un rapport qui vient d’être rendu public, la Chambre Régionale des Comptes vient d’infliger un carton jaune à la commune de Bonnac-la-Côte, en Haute-Vienne. Elle s’inquiète de sa situation financière qui freine sa capacité à se désendetter. Mais le maire, et même son opposition, ne partage pas cette analyse.

"La situation financière apparaît particulièrement tendue. La commune peine à dégager un autofinancement significatif."

Deux phrases tirées des conclusions d’un rapport émanant de la Chambre Régionale des Comptes, sur Bonnac-la-Côte, commune de 1700 habitants située au nord de Limoges. 

D’un côté, les recettes de fonctionnement stagnent avec la suppression de la taxe d’habitation et une diminution des dotations de l’Etat. De l’autre, les dépenses de fonctionnement progressent, de près de 3 % par an en moyenne, sur la période étudiée. Résultat : un effet ciseaux dans un contexte marqué par un désendettement sous haute tension. 

Il y a un héritage d’emprunts qui est lourd. Or une collectivité, lorsqu’elle investit, elle a plusieurs volets à sa disposition, plusieurs leviers : ses ressources propres, des subventions qui viennent d’ailleurs, et puis l’emprunt. Et puis c’est l’équilibre de ces trois types de ressources qui lui permet d’avoir une stratégie d’investissement qui est soutenable et qui ne la met pas dans des difficultés ultérieures.

Paul Serre

Président de la Chambre Régionale des Comptes de Nouvelle-Aquitaine

Une analyse que ne partage pas véritablement Claude Brunaud, le maire de la commune. Il aurait préféré que la Chambre mette davantage en valeur les efforts financiers de la commune et l’importance de ses investissements publics, au bénéfice de ses habitants. Quant à l’endettement, pas de panique, il est, dit-il, maitrisé. 

C’est le fonctionnement habituel d’une commune comme la nôtre, qui a des ambitions. Des ambitions d’avoir des services de proximité, de s’équiper, de mener des actions dans divers domaines. Donc oui, dans le mandat précédent, on avait créé des commerces, avec succès puisqu’ils fonctionnent, on avait mis des éléments structurants, comme un gymnase, des choses comme ça. Et puis après, on continue à rembourser.

Claude Brunaud

Maire (DVG) de Bonnac-la-Côte

 Même l’opposition municipale ne se range pas derrière les conclusions du rapport. Tout en préconisant la vigilance, elle reconnait une gestion plutôt bonne de l’édile et de ses adjoints.

Il faut être très prudent, sur tous les investissements, la dette qu’il peut y avoir, et c’est très important de suivre tout cela, car on ne peut pas vivre au-dessus de ses moyens. Ils essayent de faire des économies, et ils ont réussi, sur la dernière année, de baisser de 30% les dépenses d’électricité, ce qui a compensé l’augmentation du prix du kilowattheure.

François Verinaud

Conseiller d'opposition (SE) à Bonnac-la-Côte

 

Une alerte, oui. Mais un rapport qui, dans ces conditions, a peu de chance de devenir un argument de campagne électorale pour les prochaines élections municipales.