Coronavirus : un marathon, confiné dans le jardin, pour la bonne cause, à Ambazac en Haute-Vienne !

Un jeune banquier, Damien Gadet, résidant à Ambazac (87), coureur de longues distances, s'est lancé dans un défi fou ce dimanche 5 avril : un marathon couru dans son jardin, pour récolter des fonds pour le personnel soignant du CHU de Limoges !
Damien Gadet, au début de son périple fou : un marathon dans son jardin d'Ambazac, pour récolter des fonds pour le personnel soignant du CHU de Limoges.
Damien Gadet, au début de son périple fou : un marathon dans son jardin d'Ambazac, pour récolter des fonds pour le personnel soignant du CHU de Limoges. © Margaux Blanloeil/France Télévisions
Pour les profanes, les marathoniens, voire pire, les ultra-traileurs, ne sont pas des gens tout à fait normaux...
Et cette période de confinement liée au Covid-19 peut même renforcer ce sentiment, depuis que l'on en voit certains sur les réseaux sociaux s'adonner à leur passion dans leur appartement ou sur leur balcon !

Après... Après, prenez Damien Gadet, par exemple.
Ce jeune homme de 35 ans, résidant à Ambazac en Haute-Vienne, et banquier dans le civil, n'a « QUE » trois marathons en six ans et « QUE » deux ultra-trails en deux ans à son actif.
On peut donc raisonnablement penser qu'il est donc justement raisonnable, et ne va pas se lancer dans un défi insensé... QUE NENNI !

C'est en voyant d'autres initiatives sur les réseaux sociaux qu'il a voulu réaliser la sienne, pour rendre hommage et venir en aide aux personnels soignants du CHU de Limoges.

Tout d'abord, il a créé une cagnotte Leetchi, ouverte jusqu'au 11 avril prochain. Restait le défi.
Il a alors arpenté son jardin, et lui a trouvé un périmètre de 225 mètres. Une petite opération simple à effectuer, résultat : il lui suffisait d'en faire le tour 188 fois, pour obtenir la distance d'un marathon !
(Et oui, il est comme ça Damien Gadet, il ne chipote pas. C'est vrai qu'on trouve 42 300 mètres, et non 42 195, avec en plus un dénivelé positif à gravir, mais comme c'est pour la bonne cause...).

Ni une ni deux (ou plutôt un sacré paquet de Une, Deux, Une Deux!), il a donc enfilé ses runnings ce dimanche 5 avril à 8h du matin, et vogue la galère, ou plutôt, coure le galérien !
Avant de s'élancer, Damien Gadet s'était demandé si la première chose qu'il ferait en terminant son marathon ne serait pas de vendre sa maison, tant elle risquait de l'insupporter, à force de tourner autour !
Avant de s'élancer, Damien Gadet s'était demandé si la première chose qu'il ferait en terminant son marathon ne serait pas de vendre sa maison, tant elle risquait de l'insupporter, à force de tourner autour ! © Margaux Blanloeil/France Télévisions


Sérieux, Damien Gadet avait tout de même prévu de ne pas se donner d'objectif de temps, et de ne pas se mettre dans le rouge au niveau du rythme cardiaque, et puis surtout d'inverser le sens de course tous les cinquante tours, pour éviter tournis et lassitude.

Sa motivation, on l'a dit, se puisait dans cette envie de rendre aux soignants, dont il admire les efforts et les actions, et dont sa femme faisait autrefois partie. Un soutien donc tout trouvé, ainsi que celui de leurs enfants.

Damien Gadet a désormais fini de courir. Mais sa cagnotte elle continue jusqu'à samedi prochain (elle comptait, ce 5 avril à 18h30, 24 participants et près de 500€ récoltés). Et il l'a promis : dès qu'elle se terminera, il fera un virement de l'intégralité au CHU de Limoges.

Un défi fou pour une belle action... Finalement, les marathoniens, les ultra-traileurs, ne sont peut-être pas des gens tout à fait normaux. Mais parmi eux, il y a de vrais gens biens !
Coronavirus : un marathon confiné dans le jardin à Ambazac en Haute-Vienne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société solidarité insolite sport course à pied