Haute-Vienne : un collégien autiste sans solution de transport

La rentrée n’est jamais simple, mais parfois les difficultés s’accumulent. Dans la famille Lejeune, les deux plus jeunes enfants sont atteints de troubles autistiques. L’un d’eux entre en sixième, sans solution pour se rendre au collège.
 
Le cartable de Lucas est prêt. Comme le corps enseignant et les médecins l'ont préconisé, il va faire sa rentrée en 6ème dans un petit collège, celui de Saint-Sulpice-Laurière : 150 enfants, et 18 élèves par classe.

Cette structure lui convient parfaitement, beaucoup mieux que le collège d'Ambazac, sa commune de résidence, qui compte près de 700 élèves.

 

Car Lucas est un petit garçon atypique, qui souffre d’autisme. Il est en plus hyperactif, et il a des troubles de l'attention. Mais il n’a aucun retard d'apprentissage, ce qui ne serait peut-être plus le cas dans une classe de 30 élèves.

Problème : la MDPH, la Maison départementale des personnes handicapées, refuse aux parents de Lucas la prise en charge d'un transport adapté.

Il n'y a pas de bus pour aller à Saint-Sulpice, le papa travaille, et la maman n'a pas son permis de conduire. Ils n'ont pas les moyens de payer un taxi chaque jour.

C'est le conseil départemental qui financerait le transport adapté de Lucas.
Nous avons contacté ses services, qui se disent prêts à étudier le cas de la famille et à prendre contact avec la MDPH.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société éducation