Haute-Vienne : le cinéma se met au vert

Quatre cinémas de la Haute-Vienne, celui de Saint-Junien, de Saint-Yrieix-la-Perche, de Saint-Léonard et d’Eymoutiers montent un festival de cinéma et d’écologie... Avec l'espoir de le voir naître à l'automne 2021.

Le Festival de Cinéma et d'Ecologie pourrait se tenir en septembre 2021, en Haute-Vienne.
Le Festival de Cinéma et d'Ecologie pourrait se tenir en septembre 2021, en Haute-Vienne. © André Abalo

Il devait avoir lieu en mai mais la crise sanitaire a tout retardé. Nicola Curtoni, travaille aux quatre coins du Limousin, dans les cinémas de Saint-Yrieix-la-Perche, de Saint-Junien et d’Eymoutiers. Avec les responsables de ces différents établissements, il monte un festival de cinéma et d’écologie. Un projet qui veut mettre en avant les films traitant du développement durable, de la pollution, du rapport à la nature, de la production alimentaire, de l’exploitation des ressources…

Il y a de plus en plus de films qui touchent à l’environnement, ça peut intéresser un public très large mais il est noyé dans toutes les sorties.

Nicolas Curtoni, Médiateur Réseau Cinéma 87 et à l'initiative du Festival de Cinéma et d'écologie

En plus de l’intérêt de la thématique, Nicola déniche des longs métrages qu’il trouve très beaux et qu’il aimerait partager avec les spectateurs.

L’événement veut aller plus loin en programmant certains films "en circuit court", c’est-à-dire tournés sur le territoire, par des réalisateurs locaux et produits sur place. L’occasion de soutenir et de mettre en lumière des longs métrages à petit budget, qui n’arrivent pas toujours à trouver leur place dans d’autres cinémas explique Nicola Curtoni.

Le cinéma s’empare des questions écologiques

Après "une vérité qui dérange" (2006), "la thématique est récurrente dans le cinéma" explique Nicolas Lapeyre, responsable du cinéma de Saint-Yrieix-la-Perche. Cécile Giraud, chargée de diffusion à la CINA (Association des Cinémas Indépendants de Nouvelle-Aquitaine) fait le même constat.

Depuis un an, on voit qu’il y a un nombre grandissant de documentaires et de fictions qui s’emparent de ces thématiques. On avait plutôt l’habitude de voir des documentaires sur la pollution, l’agriculture, mais là on voit que la fiction s’en empare aussi. Si l’écologie n’est pas le sujet principal du film, elle apparaît souvent en filigrane.

Cécile Giraud, chargée de diffusion à la CINA

De belles sorties se préparent comme "Terre du milieu" qui parle de Camille, dont le destin l’a conduit en Creuse pour devenir paysanne. Il y a aussi  "Douce France", une enquête de jeunes sur un projet de parc de loisirs qui devait pousser sur des terres agricoles ou encore "Les racines du monde", une fiction dans laquelle un garçon et sa famille s’opposent à un projet minier dans la steppe mongole.  

Le réseau de cinéma indépendant s’est saisi de ces problématiques en 2020 en créant un "groupe de cinéma vert". "Pendant le premier confinement, on a eu le temps de réfléchir à ce genre de choses. Alors, à destination des exploitants, on repère, sélectionne, avant leurs sorties, certains films sur l’environnement et on les met en avant sur notre site internet."

En plus de cette initiative, l’association accompagne les salles de cinéma sur les questions de gestion des déchets, sur la question thermique…

"Tout ce qui concerne l’écologie, c’est plus que d’actualité, c’est très urgent de s’inquiéter de tout ça. On sait aussi que c’est une préoccupation importante du public" ajoute Cécile.

Dans les mois qui viennent, la CINA prévoit de nouvelles actions concrètes pour sensibiliser les exploitants et leur donner les clefs afin d'aller vers des choses plus écologiques.

Quand se tiendra le festival de cinéma et d’écologie ?

Pour l’heure, rien n’est acté. Avec la pandémie, le festival qui devait se tenir en mai 2021 est repoussé. Il doit même revoir sa programmation. Mais, les organisateurs aimeraient qu’il se déroule durant trois semaines en septembre et sur les quatre cinémas.

Une dizaine de fictions et de documentaires devraient être présentés. Le festival serait ponctué de débats, de rencontres avec les réalisateurs, avec les associations locales comme Limousin Nature Environnement ou encore Terre de liens, d’ateliers avec le jeune public, de ciné concert, d’avant-premières…

"Les résistants" de Nicolas Fay, tourné pendant le premier confinement dans la région, devrait être diffusée avant les séances. Dans cette web série, le réalisateur du Dorat, traite de la solidarité et du développement durable.

"Les Résistants" de Nicolas Fay

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture écologie environnement