En Haute-Vienne, le monde du cirque inégalement affecté par la crise du Coronavirus

Quelques jours après le discours d’Emmanuel Macron, la situation semble toujours aussi floue pour les du cirques de Haute-Vienne. Pour autant la vente en ligne de matériel de cirque ne s'est jamais aussi bien portée. 

© Association Chabatz d'Entrar Saint-Junien
À Saint-Junien, l’association de la « rue du cirque » a cessé presque toutes ses activités depuis le début du confinement. L’école de crique, fondée il y a 14 ans, ne donne plus aucun cours et n’accueille plus aucun artiste en résidence. 

Financièrement, l’équilibre est difficile à trouver pour cette petite structure qui embauche 2 salariés. D’autant que la plupart des festivals locaux, principales sources de revenus pour l’association, sont annulés les uns après les autres. 

Au week-end de Pâques, c’est leur propre festival d’échasse que les Saint-Juniauds ont dû reporter à 2021. Un crève-cœur pour Delphine Brégeon, administratrice de la « rue du cirque ».
 

C’est un événement sur lequel on travaille depuis longtemps et qui devait attirer une centaine d’échassiers de la France entière. On s’est beaucoup investi et finalement, c’est reporté. C’est dur. 
 

« Route du Sirque » 2020 : l'interrogation 


À Nexon aussi l’heure est à la réflexion. Le Sirque s’interroge sur la tenue de son mythique festival « La Route du Sirque ». Depuis 2001, l’événement accueille près de 10 000 personnes et une quinzaine de compagnies. 

Cette édition doit se tenir du 11 au 16 août, mais les récentes annonces d’Emmanuel Macron sèment le doute, nous explique Cynthia Minguell, responsable de la communication du Sirque de Nexon.
 

Il y a plus de questions que de réponse avec ce discours du Président. Actuellement, on étudie toutes les pistes. 


Entre annulation, report ou adaptation de cette édition 2020, l’équipe du Sirque de Nexon devrait trancher lors des prochains jours. 
 

Explosion des ventes en ligne


Si la plupart des événements sont annulés, l’esprit du cirque perdure. Au sein, des foyers, nombreux sont ceux qui découvrent ou entretiennent une activité circassienne. Pour cela, la vente en ligne de matériel de cirque et de jonglerie explose.
 

On est passé d’une cinquantaine de commandes expédiées par jour à 300 voire 400 commandes. Le tout à gérer avec seulement une demi-équipe. C’est très chaud. »


Pour Matthew Slade, gérant du magasin de vente de matériel de cirque et de jonglerie NetJuggler, le confinement est un réel défi.
 

On est passé de grosses commandes pour des écoles, des mairies et des centres de loisirs, à beaucoup de petites commandes pour des particuliers. 


Les journées sont bien remplies pour les quelques salariés de l’entreprise d’Ouradour-sur-Glane. De 8h à 1h du matin, des colis sont expédiés en France, en Belgique, en Suisse, et même aux Etats-Unis. Un pic d'activité dont Matthew et ses collègues se seraient bien passé. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société spectacle vivant culture économie économie numérique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter