Le président de Limoges Métropole, Guillaume Guérin, veut la future maison du dessin de presse en Haute-Vienne

Publié le

La tribune de Maryse Wolinski, et de six dessinateurs, demandant la création d’une maison du dessin de presse à Paris a fait réagir entre Saint-Just-le-Martel et Limoges où Guillaume Guérin, le président de la Métropole en appelle à l’État, au nom de la décentralisation.

Depuis l’annonce, en janvier 2020 par le ministre de la Culture de l’époque, Franck Riester, de la volonté de créer une maison du dessin de presse, l’affaire prend des tournures de serpent de mer, mâtiné d’un côté Clochemerle.

On le sait, Paris, Strasbourg et un « ticket » Saint-Just-le-Martel/Limoges sont sur les rangs pour accueillir un tel lieu.

La petite commune haut-viennoise, qui accueille le Salon de la caricature, du dessin de presse et de l’humour depuis près de quarante ans, pensait avoir la légitimité pour le faire, ainsi que les liens et même l’amitié de la profession.

La dimension du projet a poussé à l’association avec Limoges et la région Nouvelle Aquitaine a adoubé l’entente, proposant des locaux pour le site limougeaud.

Mais la tribune cosignée ce dimanche par Maryse Wolinski, qui avait « offert » le bureau de son mari décédé lors des attentats de Charlie Hebdo à Saint-Just où il est désormais exposé, et six dessinateurs dans le JDD est revenu mettre « le feu aux poudres », puisque les signataires demamdent cette création à Paris.

Incompréhension et (certaine) colère règnent en Haute-Vienne.

Invité de Cécile Gauthier dans le journal régional du 6 septembre, Guillaume Guérin, président de Limoges Métropole, n’a pas mâché ses mots. Il en appelle à un arbitrage « au plus haut sommet de l’État », au nom d’une décentralisation sans cesse vantée.

« Nous avons l’ébauche de cette maison. Nous disposons beaucoup plus que n’importe qui d’autre en France des locaux pour l’accueillir, notamment en terme de sécurité pour les artistes [ce qui ressort d’un rapport commandé par le Ministère de la Culture à ce sujet].

Nous sommes surpris de cette tribune, et demandons qu’il y ait un arbitrage au plus haut sommet de l’État pour faire en sorte de trancher.

L’Exécutif et le Gouvernement vous parle de décentralisation, à tous les étages de la fusée…

La décentralisation, c’est bien d’en parler, c’est mieux de la faire !
 ».

Le 40ème Salon de Saint-Just se tiendra lui du 25 septembre au 3 octobre prochain.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité