Arrivée de la 5e vague de Covid : les hôpitaux du Limousin s’organisent

Le nombre d’hospitalisations pour cause de Covid-19 enregistre une forte hausse ces derniers jours dans les trois départements du Limousin. Alors que le personnel hospitalier est déjà sous tension, les différents établissements doivent s’organiser pour faire face à cette nouvelle vague.

Elle menaçait depuis quelques semaines, cette fois-ci c’est certain, la 5e vague de Covid-19 est en train d’arriver en Limousin.

Les taux d’incidence sont clairement à la hausse (133 cas pour 100 000 habitants en Haute-Vienne, 154 en Corrèze et 186 en Creuse).
Et surtout, contrairement à ce que l’on espérait, cette 5e vague commence déjà à se faire ressentir dans les hôpitaux.
En Corrèze et en Creuse, le nombre de patients hospitalisés pour Covid a doublé en une semaine (passant de 19 à 38 en Corrèze, et de 12 à 25 en Creuse).
En Haute-Vienne, la hausse est plus modérée mais on enregistre déjà 40 patients.

Certes, ces chiffres sont encore très éloignés des pics d’hospitalisations enregistrés lors des précédentes vagues – 243 patients en Haute-Vienne, 101 en Creuse et 86 en Corrèze lors de la 2e vague en novembre-décembre 2020 – mais la tendance est clairement à la hausse.

Les hôpitaux sur le pied de guerre

Après avoir déjà affronté quatre vagues de Covid-19, les différents établissements hospitaliers du Limousin sont rodés.
Chaque hôpital a une unité dédiée Covid, et peut prévoir d’ouvrir de nouveaux lits si besoin en réorganisant les services et l’affectation du personnel.

Depuis les précédentes vagues, les hôpitaux ont appris à s’organiser entre eux, au sein d’un même département.
Par exemple en Creuse, une réunion hebdomadaire est organisée entre les hôpitaux de Guéret, Aubusson, les centres de Sainte-Feyre, de Noth et la clinique de Guéret pour, au besoin, dispatcher certains patients non Covid et soulager l’hôpital de Guéret.

L’organisation est identique en Corrèze où l’hôpital de Tulle a accueilli le week-end dernier plusieurs patients Covid transférés de Brive.  

Le personnel hospitalier sous tension

Mais cette 5e vague arrive dans un contexte de tension extrême au niveau du personnel hospitalier.

A l’hôpital de Brive, le niveau 2 du plan blanc a dû être déclenché ce week-end, pour permettre de mobiliser les ressources en personnel face à l’afflux de patients.

A l’hôpital de Guéret, le service de réanimation est au bord de l’implosion.
Six patients y sont déjà hospitalisés, sur une capacité d’accueil de 12 lits. Des patients non vaccinés ou immunodéprimés, qui sont tous des cas graves.
Or le service est en sous-effectif important au niveau du personnel médical. Il manque deux médecins, que l’hôpital ne parvient pas à remplacer.

On est en train de craquer.

Dr Dhaoui Soltani, chef du service Réanimation du CH de Guéret

 

« Nous tournons avec deux médecins à temps plein et deux à mi-temps, à la place de sept temps plein normalement. On est en train de craquer. Je n’ai jamais été pessimiste à ce point », lâche le Dr Dhaoui Soltani, chef de la réanimation à Guéret, qui avoue n’avoir aucune visibilité sur son planning de janvier prochain.
« Lors des précédentes vagues, nous avons pu élargir notre capacité d’accueil à 16 lits en réa. Là, ce ne sera pas possible, et je ne suis même pas sûr de pouvoir en maintenir 12. »

Au CHU de Limoges, les syndicats s’inquiètent également.
« Il y a 25 postes d’infirmiers vacants au CHU et 10 postes d’aides soignants non pourvus. Si une grosse vague arrive, cela risque d’être très compliqué. Il faudra à nouveau fermer des lits et diminuer l’activité. », avance Florence Metge, la secrétaire de la CGT-Santé, qui rappelle que les infirmiers anesthésistes – sollicités en premier lieu pour la réanimation – sont en grève depuis 20 jours.

Une nouvelle vague inédite

Par ailleurs, cette 5e vague comporte elle aussi des inconnues, car elle s’annonce différente des précédentes sur plusieurs points.

« Ce sera une vague inédite car cette fois-ci les soignants sont vaccinés, et le profil des patients est différent. Il y aura beaucoup moins de patients d’Ehpad polypathologiques, mais plus de patients jeunes non vaccinés », analyse Jean-Baptiste Fargeas, le président de la Commission médicale d’établissement (CME) de l’hôpital de St Yrieix-la-Perche.

Cette nouvelle vague, inédite, représente donc un nouveau défi pour le système hospitalier, qui va devoir, une fois de plus, adapter son offre de soins.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19