Baby blues et dépression post-partum

Gwenaëlle a décidé de témoigner pour faire profiter de son expérience aux jeunes mamans / © F3 Limousin
Gwenaëlle a décidé de témoigner pour faire profiter de son expérience aux jeunes mamans / © F3 Limousin

Dans les premiers jours qui suivent l’accouchement, les jeunes mamans peuvent être victimes d’une dépression passagère : le baby blues. Mais parfois, la mal être s’installe dans le temps. Rencontre avec une maman victime de dépression post-partum.

Par FP

Gwenaëlle est maman d’un petit garçon de 4 ans dont elle n’a pas la garde. Après l’accouchement, elle a été victime d’une grave dépression.

Pour aider d’autres femmes à déculpabiliser, Gwenaëlle a souhaité témoigner lors d’une conférence sur le thème « santé mentale et parentalité ».


La dépression post-partum

Cette maladie peut toucher tant les femmes que les hommes après la naissance d’un bébé. Elle peut se manifester pendant toute l’année après l’accouchement.

La dépression post-partum toucherait environ 7% des mères au cours des 3 premiers mois, et 19% des femmes dans le cas d’une dépression légère.

Les facteurs de risque sont bien connus :
- Avoir vécu récemment des événements stressants,
- Être peu soutenu socialement,
- Démontrer une faible estime de soi,
- Avoir des problèmes de couple.

Quand la maman est victime de dépression, le père peut être amené à l’aider à garder un contact avec le bébé. Mais il peut lui-même tomber dans la dépression et avoir besoin d’aide.

Il ne faut pas hésiter à consulter son médecin traitant en cas de problème.

Sur le même sujet

Les + Lus