Covid-19 : visite au cœur d'un laboratoire recherche en virologie P3, un site classé haute-sécurité

Publié le
Écrit par Hélène Abalo - François Clapeau
Manipulation de virus et de bactéries dans le laboratoire P3 du CHU de Limoges
Manipulation de virus et de bactéries dans le laboratoire P3 du CHU de Limoges © Valérie Agut - France Télévisions

C'est un endroit placé sous haute-sécurité et pour cause : on y cultive des virus, dont le SARS-Cov-2, responsable de la Covid-19. Visite exclusive à Limoges, au cœur d'un laboratoire de virologie classé P3. 

Le lieu n'accueille habituellement pas les journalistes. Il est placé sous haute-sécurité. Entrons dans le laboratoire P3 du CHU de Limoges.

Quatre sas à franchir, combinaison, blouse, deux paires de gants… Le service est un très sensible et pour cause : dans ce laboratoire, on cultive des virus. Un secteur est même réservé au bioterrorisme.

"Ce sont des virus ou des bactéries qui sont transmissibles par contact et donc on est obligés de se protéger. Ce sont des micro-organismes qui sont potentiellement dangereux et qui donnent des maladies pour lesquelles ont a pas ou peu de traitement. Il faut éviter la contamination du personnel et la contamination extérieure." détaille le professeur Sophie Alain, du laboratoire de Bactériologie - Virologie - Hygiène au CHU de Limoges

Sur une étagère, un récipient et dans ce récipient, des petites fioles et dans ces petites fioles, le SARS- Cov-2, responsable d'une maladie : la  Covid-19.

Une visite exclusive que vous proposent François Clapeau et Valérie Agut dans ce reportage : 
Limoges : au coeur d'un laboratoire de haute-sécurité


Ici, le virus est étudié et multiplié. "On cultive les cellules d'abord et ensuite on les infecte avec le virus. Le virus se fixe sur le récepteur qui est à la surface des cellules et il fait son cycle de réplication et donc on obtient des particules virales qui sont produites par ces cellules" explique le professeur Sophie Alain.

L'un des objectifs de la culture d'un virus est de pouvoir tester sa réaction à plusieurs types d'exposition, par exemple, l'efficacité de produits virucides comme des solutions désinfectantes ou encore celle des lampes UV. Ce laboratoire est un laboratoire de recherche, certes, mais également un laboratoire qui est capable de reproduire le virus en quantité suffisante, afin de permettre des évaluations rapides pour les entrepreneurs, comme par exemple les fabricants de gels hydroalcooliques soucieux de commercialiser des produits efficaces contre le coronavirus. 
 


Mathias Courant est technicien de laboratoire. Son quotidien : manipuler les boîtes de pétri qui renferment le SARS-Cov-2.  "On laisse le virus incuber sur la surface et ensuite on cherche à observer une diminution du virus au niveau de cette surface pour voir si elle a un effet sur ce virus et pouvoir s'en servir plus tard;"  

Le laboratoire permet aussi de confronter le virus à des médicaments antiviraux qui doivent stopper sa multiplication. "Un antiviral est d'abord testé en culture cellulaire, sur le virus. Si ça marche, on peut passer à des essais chez l'animal, puis chez le patient" indique le professeur Sophie Alain. 
 
Dans le cadre du projet Obépine, les chercheurs étudient aussi le virus dans les eaux usées de Limoges. C'est un indicateur pour mesurer l'efficacité du confinement.
 
 

Info +

Loading...

Loading...



Il existe 4 types de laboratoires, classés en fonction de leur niveau de confinement et de la nature des micro-organismes étudiés.
  • P1 : risque négligeable. Le micro-organisme n’est pas susceptible de provoquer une maladie chez l’homme
  • P2 : risque bas. Le micro-organisme peut provoquer une maladie chez l'homme. Sa propagation dans la collectivité est improbable.  
  • P3 : risque modéré. Le micro-organisme peut provoquer une maladie grave chez l'homme. Il peut présenter un risque de propagation. Il existe généralement une prophylaxie ou un traitement efficace
  • P4 : risque élevé. Le micro-organisme peut provoquer une maladie grave chez l'homme. Il peut présenter un risque de propagation. Il n'existe généralement pas de prophylaxie ni de traitement efficace.

 

Petit lexique pour y voir plus clair :

  • SARS-Cov-2 : nom du nouveau coronavirus apparu en 2019 en Chine
  • Coronavirus : famille de virus à laquelle appartient le SARS-Cov-2
  • Covid-19 : c'est la maladie infectieuse provoquée par le SARS-Cov-2


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.