Deuxième école menacée de fermeture à Limoges à la rentrée 2022

Publié le
Écrit par Olfa Ayed
L'école La Monnaie de Limoges pourrait fermer à la rentrée 2022.
L'école La Monnaie de Limoges pourrait fermer à la rentrée 2022. © Capture d'écran Google Street View

Après l’école maternelle Paroutaud c’est l’école de La Monnaie située près de la gare des Bénédictins à Limoges qui risque de fermer. Un projet exposé en conseil d’école lundi 29 novembre 2021.

C’est la deuxième école en deux semaines qui menace de fermer à Limoges. Après l’école maternelle Paroutaud, celle de La Monnaie est désormais sur la sellette pour la rentrée 2022. Ce projet de fermer l’établissement été exposé lundi 29 novembre en conseil d’école et sera présenté en conseil municipal dans le courant du mois de décembre.

"Les élèves seront prioritaires pour intégrer, à la rentrée prochaine, l’école de leur choix", si la fermeture de l’établissement est décidée, indique la ville dans son communiqué. C'est dans le cadre de son projet de restructuration des groupes scolaires que la municipalité justifie cette possible fermeture de La Monnaie et par "l’évolution à la baisse" du nombre d’élèves du 1er degré sur la commune : une perte de 600 élèves en 5 ans.

Une école de 33 élèves

Et dans cette école, 33 élèves sont répartis en deux classes sur plusieurs niveaux pédagogiques. Dans son communiqué, la mairie indique que La Monnaie ne comprenant pas d’école maternelle ne verra pas évoluer à la hausse son nombre d’élèves.

La ville a déjà pensé à la répartition des élèves : le groupe scolaire Aristide Beslais situé dans la même rue, pourrait accueillir une partie des élèves dans son espace de restauration à la rentrée prochaine et l’école Odette-Couty pourrait également accueillir de nouveaux élèves.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.