Les élèves de Première de Haute-Vienne contre le maintien de l'oral de français

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jean-Martial Jonquard
Épreuves du bac de français pour les élèves de 1ere. (Illustration)
Épreuves du bac de français pour les élèves de 1ere. (Illustration) © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Le ministre de l'Éducation doit annoncer vendredi s'il maintient ou non les épreuves orales du bac de français pour les élèves de Première. Ces derniers ont organisé un sondage en Haute-Vienne : ils sont contre à 94% !

C'est une situation qui fait rêver, ou cauchemarder, les plus vieux d'entre nous.
Traditionnellement intensive au lycée, cette fin d'année scolaire ne ressemble à aucune autre. Aucune du passé, sauf peut-être 1968, et vraisemblablement aucune de l'avenir.

Loin des premières annonces, les lycéens sont en effet, à différents niveaux, dans une expectative quasi totale.

Le cas des élèves de Seconde

C'est le cas qui posait, dès le départ, le moins de questions. Ils ne sont en effet pas concernés par un examen de fin d'année.
Pour autant, il ne savent pas encore s'ils retrouveront ou non le lycée. Et à ce sujet, leurs avis seraient mitigés.
En effet, pour Maxime Rodrigues, lui même élève de Terminale mais élu au Conseil Académique de la Vie Lycéenne (CAVL) de Limoges, bon nombre de secondes s'interrogeraient sur cette année tronquée de près de quatre mois, et ses conséquences sur leur futures années de première et de terminale.

Malgré la continuité pédagogique mise en place, il y a quand même des interrogations sur certaines acquisitions, ou sur la solidité de ces acquis.
Alors bien sûr, cela ne concerne pas l'ensemble des secondes, mais il ne faut pas croire.
Il y en a tout de même qui ne seraient pas opposés à terminer l'année, au moins pour cela.
Et ce n'est pas idiot, car plus encore voudraient que le début d'année prochaine, et c'est valable dans les trois classes, Seconde, Première, Terminale, soit consacré à cette forme de remise à niveau, ou vérification des acquis. Mais ce sera très compliqué, même si les profs le feront plus ou moins naturellement. [Maxime Rodrigues, élu au CAVL 87]

Les élèves de Première et les oraux du bac de français

C'est là, au lycée, que pèse la plus grosse incertitude.
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation, n'a toujours pas arrêté sa position, même s'il penche, depuis le début de la crise liée au Coronavirus, sur le maintien de cette épreuve. Il doit normalement faire son annonce ce vendredi 29 mai.
Mais avant cela, il aura dès demain mercredi 27, des visioconférences avec l'ensemble des Académies. Des réunions auxquelles participeront les élus des CAVL.
Et c'est pourquoi ceux-ci, à Limoges, comme dans d'autres Académies, ont décidé de lancer un « sondage » sous forme de questionnaire, via les réseaux sociaux, pour connaître non seulement la position, mais également les interrogations des principaux intéressés, les élèves de Première.

Lancé lundi 25 à 21h, le « sondage » du CAVL 87 avait déjà obtenu près de 3 500 réponses, à peine quinze heures plus tard !

Et l'unanimité était écrasante, à près de 94%, contre le maintien des oraux !

Oui, je sais, cela peut prêter à sourire, des lycéens opposés aux examens de fin d'année...
Mais ce qui est très intéressant, et c'est pour cela que nous n'avions pas fait cela sur la forme d'un simple « oui ou non », c'est le pourquoi de cette opposition.
En effet, beaucoup craignent que leurs études de textes, à la maison, malgré la continuité pédagogique mise en place, ne soient pas assez bonnes.
Que leurs « visios » avec leur prof ne leur aient pas permis de poser assez de questions, de lever leurs doutes.
Plus encore craignent de ne pas être assez préparés, entraînés, puisque pour la plupart n'ont pas eu de bacs blancs, qui se déroulent normalement durant la période où l'on a été confiné.
C'est pour cela qu'il faut voir cette écrasante majorité au-delà de la simple opposition, d'autant plus que, généralement, pour les élèves moyens, on va dire entre 9 et 11, les oraux sont souvent l'occasion de relever leur moyenne. Et c'est donc renoncer à des points qui pourraient faire défaut en Terminale !
Mais c'est tout de même cette opposition que l'on va présenter demain au ministre. [Maxime Rodrigues, élu au CAVL 87]

Les élèves de Terminale

C'est sûrement les mieux lotis, enfin pour la plupart, puisqu'ils savent depuis longtemps qu'il n'y aura pas d'épreuves écrites du bac, mais une moyenne établie via les notes du contrôle continu, et, quasiment dans les faits, s'ils sont diplômés ou non.
Reste toutefois à connaître définitivement la date des « rattrapages », vraisemblablement après le 7 juillet, pour les élèves concernés, voire même des « repêchages » pour ceux juste en dessous, puisqu'il en était question.
Et il pourrait donc y avoir pour ceux-là une réelle opportunité à revenir au lycée, afin de préparer au mieux ces secondes chances.

Interrogé ce matin sur une matinale, Jean-Michel Blanquer a dit que l'on saurait jeudi si les élèves de 4ème, 3ème et les lycéens retrouveront leurs établissements.
Et donc vendredi si, pour reprendre sa formule, les premières doivent encore privilégier « Phèdre à Netflix ».
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.