• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Une épreuve de première année de médecine reportée à cause d’une panne de courant

Nouveau rendez-vous samedi pour les étudiants... (illustration) / © BELPRESS/MAXPPP
Nouveau rendez-vous samedi pour les étudiants... (illustration) / © BELPRESS/MAXPPP

C’est une douche froide pour un peu plus de 1 000 étudiants qui ont passé le concours de Première Année Commune des Etudes en Santé (PACES) vendredi. Une panne de courant dans l’un des sites où ils planchaient sur la psychologie a provoqué l’annulation de l’épreuve.

Par François Clapeau

Les futurs médecins, dentistes ou encore sages- femmes vont devoir reprendre le chemin des amphis pour passer à nouveau l’épreuve de psychologie.
Une épreuve d’une durée de 30 minutes, qui a dû être annulée vendredi 12 janvier au matin.

Cette épreuve du fameux PACES, la Première Année Commune des Etudes en Santé, se déroulait sur deux sites, à la faculté de médecine et à la faculté de droit.
Mais à la faculté de droit, une panne de courant a plongé les étudiants dans le noir pendant plusieurs minutes. Cela représente pour les organisateurs une rupture d’égalité, qui entraîne une annulation de l’épreuve pour les quelques 1 000 candidats.
Un nouveau rendez-vous a rapidement été fixé le samedi 20 janvier au matin pour repasser l’épreuve.


Une décision pas si sévère


La décision peut paraître un peu rude ; pourtant, elle s’explique aisément.

Si l’épreuve n’avait pas été immédiatement annulée, un étudiant ayant raté l’examen aurait pu sur le tard dénoncer la rupture d’égalité devant le tribunal administratif.
Ce type de demande avait toutes les chances d’aboutir, et l’examen aurait alors pu être organisé à nouveau dans plusieurs mois, entraînant une longue incertitude pour les candidats, et un important surcoût pour l’organisateur.

La semaine va être un peu longue pour les candidats, mais au moins ils ne resteront pas trop longtemps dans l'obscurité…

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus