Européennes 2024 : "Il est nécessaire de reprendre la main", assure Violette Folgado, de la liste du Parti Communiste Français

Le 9 juin 2024 auront lieu les élections européennes : nous sommes appelés à voter pour élire nos députés au sein du Parlement européen. Pour ce scrutin à un tour, de nombreuses listes nationales proposent leurs candidats. Vu du Limousin, gros plan sur la liste du Parti Communiste Français avec Violette Folgado, élue de Dordogne (24) et 32e sur la liste menée par Léon Deffontaines. Elle a répondu aux questions de France 3 Limousin dans ICI 12/13.

Invitée, ce 3 juin, sur le plateau d’Ici 12/13 sur France 3 Limousin, Violette Folgado a développé le programme du Parti Communiste français pour ces élections. Entrée en politique en 1976, elle a été plusieurs fois candidate à diverses élections en Dordogne, et est aujourd’hui adjointe au maire de Razac-sur-l’Isle (24), chargée des finances. 32ᵉ sur la liste menée par Léon Deffontaines, elle assure qu’il leur faut reprendre la main sur les institutions européennes, notamment pour la défense des services publics.

À lire aussi : Européennes 2024 : quelles sont les 38 listes en lice pour le scrutin du 9 juin ?

Votre liste s'appelle « Reprenons la main ». Pour quelles raisons ? 

Parce qu’il est nécessaire de reprendre la main, que ce soit sur le social, sur l’industrie, mais également sur les questions de paix. L’Europe doit agir autrement, et nous souhaitons montrer, c’est ce que nous avons fait durant toute cette campagne, comment il est possible de reprendre la main sur toutes ces questions. Et notamment sur l’austérité, car elle a un nom en Europe : c’est la BCE, la Banque centrale européenne, et ses fameux 3%. Ils sont dictés par le Conseil Européen certes, mais c’est d’abord la BCE qu’il nous faut changer. Pour les questions sociales, pour la réindustrialisation, pour les services publics. Nous devons créer, et c’est possible avec les traités, un fonds européen pour le service public, notamment pour l’hôpital, qui en a tant besoin, ou encore l’école.

Le Limousin est un territoire d'élevage, où les revenus des agriculteurs sont faibles : un territoire qui souffre d'enclavement, que ce soit par le train ou la route. Quelles sont les solutions apportées par votre liste sur ces problèmes ? 

Justement, dans ma campagne, j’ai rencontré des éleveurs de limousines, qui s’inquiètent des nouveaux traités de libre-échange. Je leur ai donc dit qu’il nous fallait travailler sur une PAC différente, avec des subventions différentes.
Ne plus donner à l’hectare, mais à l’activité et à l’actif, c’est-à-dire permettre une agriculture à dimension humaine et qui permet aux éleveurs de pouvoir vivre dignement de leur salaire, parce que là aussi, il nous faut des prix plancher d’élevage.

Également que pour eux, il faut travailler sur le fret. Pour les transports, il nous faut travailler à un service public des transports, du fret et des voyageurs. Et puisque le Limousin est impacté par le POLT, il nous faut non seulement les aménagements, mais aussi les financements.

Le Rassemblement national, fin mai, est crédité de 32% dans les sondages, vous êtes entre 2 et 2,5% : comment expliquez-vous avoir perdu le vote des classes populaires ? 

Ils jouent le mensonge. Je dis que ce qu’a voté le RN, à l’Europe ou à l’Assemblée nationale, c’est un vote de faussaire ! Ils usent de leurs aboiements contre Macron, mais on voit bien que le RN a pour ambition de remplir encore les poches du patronat.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité