Faire revivre les petites communes : ce plan pour attirer de nouveaux investisseurs et de nouveaux habitants dans les campagnes

Comment attirer des commerçants, des artisans, et créer de l'activité sur le territoire ? Dans la petite commune de Pierre-Buffière (Haute-Vienne), comme ce fut le cas à Saint-Junien avant elle, une étude a été lancée pour mieux comprendre les différents usages de la population locale et celle de passage. Un dispositif proposé depuis 2017 avec l'aide de l'aide de la Chambre de commerce et des métiers.

Pierre-Buffière recherche commerces désespérément. Le dernier boucher a fermé l’an dernier. Élodie Correia gère déjà le bar-tabac presse et l’épicerie, mais elle se sent de plus en plus seule. 

"Les gens ne jouent plus le jeu, parce qu’il y a eu le covid, donc c’est vrai que là, ça a été les gros temps forts des commerces. Parce que du coup, on devait rester à proximité, donc du coup, c’est vrai qu’on marchait du tonnerre", raconte cette commerçante installée dans le centre bourg.

"Elodie a ouvert un petit casino pour garder le contact pour les petites personnes âgées, ou pour du dépannage, mais sinon, les commerces, ils ferment et ne rouvrent pas !, confirme Marine Cadier, habitante de Pierre-Buffière.

Un plan d'action

Monsieur le Maire a un plan pour sa commune : il veut redynamiser la grande place,   on trouve les meilleurs équipements, comme cette supérette à vendre… "C’est une des rares possibilités d’avoir un équipement moderne pour avoir une activité commerciale. Il y a assez de surface dans les deux cas, pour pouvoir travailler de manière à l’aise."

À quelques mètres, le couvert est dressé, pourtant cet hôtel-restaurant est fermé depuis seize ans. 

"Au niveau de l’hôtel, il y a pas mal de travaux importants à faire. L'accessibilité n’est pas là, par contre, au niveau de la restauration, il n’y a aucun problème. Il y a la surface", vante Stéphane Patier
Maire (SE) de Pierre-Buffière.

La mairie a demandé un coup de pouce d’experts en revitalisation. Une étude complète de son bourg à plusieurs milliers d’euros. Pas de baguette magique, mais un carnet d’adresses.

"On a des commerçants qui cherchent pour s’installer ici où là, il faut leur rappeler que Pierre-Buffière est là, et que c’est une cité dans laquelle il fait bon vivre", insiste Pierre Massy, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de la Haute-Vienne.

Pas une minute à perdre, Pierre-Buffière recevra ses premières recommandations en début d'année prochaine.

L'exemple de Saint-Junien

L'opération dans laquelle est lancée la commune de Pierre-Buffière, d'autres l'ont déjà expérimentée en Limousin. Dans la cité gantière, en 2022, nous avions rencontré Nadège Esclapez, manageuse de centre-ville. Sa mission : revitaliser le cours de la cité haut-viennoise.

"J'ai commencé ma mission par recenser les locaux vacants du centre-ville, prendre contact avec les propriétaires en essayant de travailler aussi sur le linéaire commercial, identifier les besoins. Maintenant, j'essaye de trouver les porteurs de projets adaptés aux besoins, et leur proposer le local adapté", expliquait Nadège Esclapez.

Elle intervenait dans le cadre du plan « petite ville de demain », cette manageuse de centre-ville essaye de combler les 30% de pas-de-porte vacants tout en redynamisant l'esprit des quelque 150 commerçants. "Ça apporte le fait qu'on puisse se réunir tous, s'entendre, collectivement. On essaie de mener des actions, des animations. Nadège, c'est plutôt un support sur lequel on peut s'appuyer tout au long de l'année. Là, il y a des actions avec la mairie, où en fait, c'est notre seule interlocutrice. Elle permet de nous accéder à pas mal de moyens", se satisfait Aurélien Perche du Collectif des commerçants de Saint-Junien.

Cette revitalisation concerne donc Saint-Junien, mais aussi Rochechouart. Deux communes en quête d'un nouveau souffle.

"On a fait le constat que le fait d'être un territoire extrêmement attratif sur le plan économique et commercial, nous nous sommes dotés depuis des années déjà, d'une zone commerciale - ce qui a évité la fuite des commerces sur Limoges, d'ailleurs -  aujourd'hui l'effort doit se porter sur les centre-villes qui ont un petit peu souffert de cette croissance des zones commerciales en périphérie", argumentait Thierry Granet, Vice-Président de la communauté de communes Porte Océane du Limousin. 

A Pierre-Buffière, le projet va durer jusqu'à la fin de l'année 2024. Les enjeux pour la commune, c'est d'attirer de nouveaux habitants, de lutter contre la disparition des services essentiels à la population, et de faciliter l'implantation de nouvelles activités.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité