La gendarmerie mobile de Limoges se féminise

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anouk Passelac
Kassandra Rivereau est arrivée en novembre 2017 dans l'escadron de gendarmerie mobile de Limoges.
Kassandra Rivereau est arrivée en novembre 2017 dans l'escadron de gendarmerie mobile de Limoges. © André Abalo - France 3 Limousin

Depuis l’an dernier, six femmes ont intégré la gendarmerie mobile de Limoges. Kassandra Rivereau est arrivée en novembre 2017 dans l'escadron.

Pour la gendarmerie mobile de Limoges, la présence de femmes dans l'escadron est une nouveauté. Depuis l'an dernier, elles sont six à avoir été intégrées à l'équipe de 110 gendarmes, dont Kassandra Rivereau.

La jeune femme de 23 ans assistait ce mercredi 14 mars à son premier entraînement. Dans son métier, Kassandra a dû combattre certains préjugés, mais relativise:

C’est toujours compliqué d’intégrer des femmes dans un tel milieu. Mais avec le temps les hommes voient qu’on arrive à être comme eux, physiquement parlant.


La gendarmerie mobile de Limoges se féminise

Il n’y a donc pas de traitement de faveur pour ces dames. Et si travailler avec la gent féminine est une première pour certains, les hommes ne semblent pas y prêter attention. "Je ne vois pas de différence", estime Nathanaël Cardona.

Créer une émulation

Mais la présence des femmes dans l'équipe créée malgré tout des changements, que le lieutenant juge bénéfiques :

Les gars, quand ils vont se rendre compte que la fille juste à côté court plus vite qu’eux et fait des tractions aussi bien qu’eux, ça va les secouer un petit peu. C’est là où l’émulation est bonne.

Ses capacités physiques, Kassandra Rivereau va devoir les prouver une nouvelle fois. Elle passe cette semaine des tests pour intégrer le peloton d'intervention de Limoges. Si elle réussit, elle sera la première et la seule femme de l'équipe.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.