Un hymne et un film de legos "anti-morosité" inventé par Joseph, 11 ans

Tout a commencé par un défi scolaire lancé, pendant le confinement, par une maîtresse de Cm2 de l'école privée limougeaude Jeanne d'Arc. Créer un hymne anti-morosité sur la musique de la Marseillaise. Joseph, 11 ans, a trouvé l'inspiration.

© Joseph Debord

Un défi scolaire en mode confinement

Le jeune Joseph Debord est confiné avec ses parents et son frère depuis bientôt un mois. Comme partout en France, des enseignants tentent d'animer leurs classes à distance. Pour créer du lien et redonner le sourire aux enfants et aux adolescents.

Exemples, faire en sorte que les élèves se déguisent chez eux et envoient leurs photos visibles ensuite par toute la classe. Un concours de photos, du land art, la création d'instruments de musique avec des matériaux recyclables, inventer une charade, une chasse au son, un défi sportif parent-enfant .... Bref, les idées ne manquent pas.

L'idée d'Aurélie, une maîtresse de Cm2 de l'école Jeanne d'Arc à Limoges, c'est de faire créer par ses élèves un hymne anti-morisité sur l'air de la Marseillaise. Un défi capable de mobiliser toute la famille et de faire naître des idées créatives.

Après avoir trouvé l'inspiration, les enfants de cette classe ont pu déposer sur un cloud, un dossier partagé par toute la classe, leur hymne.
Beaucoup ont eu de belles idées. Parmi eux, Joseph Debord, 11 ans. 
 

France 3 Limousin - film en legos sur crise coronavirus - 20 avril 2020

 

Le défi de Joseph

Après avoir réécrit les paroles de son hymne sur fond de confinement, de coronavirus, d'ambulance, de pompiers, d'hôpital, de mobilisation de soignants ... Joseph est passée à la vitesse supérieure. 
 
 

"Allons enfants de la patrie, le confinement est avisé .... nos soignants sont détérminés. Parce-que vous êtes des gens extras ... Aux masques citoyens ! Portez vos protections" chante Joseph dans sa vidéo. 

 

Une vidéo qui montre aussi des personnages legos en action. Tous les corps de métiers ou presque, qui interviennent lors de cette crise sanitaire sans précédent, sont représentés. Un sacré travail de mise-en-scène. 

Catherine, la maman de Joseph s'est également prêtée un peu au jeu.

"Joseph a pris plus de 1000 photos pour faire vivre ses personnages. Il s'est inspiré des paroles de sa chanson. Au début de la vidéo, tout le monde est dans la rue. Mais ensuite, le confinement est décidé alors on voit les gens dans les hôpitaux et sur leurs balcons. On aperçoit même sur une voiture l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire pour sortir de chez soi" explique Catherine Debord.

Ensuite, les 1000 photos de Joseph ont été rentrées dans un logiciel de création de films sur l'ordinateur de sa maman. Joseph a choisi l'ordre d'apparition des personnages auparavant. Un vrai travail de fourmi qui a bien occupé cet enfant de 11 ans. 
 
© Joseph Debord

 

"J'ai eu que des félicitations dans la classe. Mes copains m'ont dit que c'était super bien fait. Y en a qui ont pensé que j'avais fait bouger les légos avec des ficelles comme des marionnettes ! " argumente Joseph.
 

Selon ses parents, Joseph et son frère de 8 ans vivent assez bien le confinement à la maison. Même si certains jours, ceux sans travail scolaire, ils ont un peu de mal à s'occuper. 

Joseph a d'ailleurs hâte de reprendre l'ecole pour revoir ses amis. "Etre enfermé, c'est pas toujours drôle".
Pour créer son hymne, Joseph s'est un peu aidé d'un dictionnaire de rimes. Un bel exercice ludique pour enrichir son vocabulaire. 

"Grâce à ce défi lancé par toute la famille, nous avons fait des choses que nous n'aurions pas fait en temps normal, sans le confinement. Et puis nous avons laissé la tablette à Joseph pour faire ses photos. Nous lui avons fait confiance" ajoute Catherine, la maman.

 

© Joseph Debord


Depuis, Joseph a eu une autre idée. Faire une vidéo toujours avec ses legos pour représenter les élus du conseil municipal des enfants de Limoges. Joseph en fait partie cette année. Il attend le retour de sa proposition. Son objectif est de s'occuper et divertir les autres enfants pendant le confinement. Peut-être la naissance d'une vocation, qui sait ?
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société éducation